Massacre des cathares : huit siècles après, l'Église d'Ariège demande pardon

le , mis à jour à 19:31
3
Massacre des cathares : huit siècles après, l'Église d'Ariège demande pardon
Massacre des cathares : huit siècles après, l'Église d'Ariège demande pardon

Près de huit siècles après une des pires atrocités de l'Inquisition, l'Église d'Ariège a demandé pardon, dimanche, pour le massacre des cathares. Quelque 500 personnes assistaient dimanche à une «démarche de pardon» à Montségur (Ariège), où, en 1244, deux cents cathares ont été brûlés.

 

«Les adeptes de cette voie ont été pourchassés et condamnés à de lourdes peines allant de l'emprisonnement à la mise à mort par le feu, lors de bûchers terribles comme ici, à Montségur» a reconnu le père Édouard de Laportalière, curé de Lavelanet (Ariège), en ouvrant la célébration en l'église du petit village de Montségur. Un chapiteau avait été installé pour accueillir une centaine de participants supplémentaires à l'extérieur de l'église.

 

2016, année de la miséricorde

 

« En cette année 2016 voulue par le pape François comme année de la miséricorde, nous, croyants catholiques en Ariège, ne pouvons aujourd'hui que regretter ces actes et les condamner», a poursuivi le prêtre. «Nous demandons pardon, d'abord à notre Seigneur, mais aussi à tous ceux que des membres de notre Église ont alors persécutés», a ajouté dans un autre discours Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de Pamiers, Couserans et Mirepoix.

 

Le 16 mars 1244, environ deux cents cathares, des chrétiens qui s'opposaient au catholicisme romain, étaient mis à mort après un long siège du château de Montségur. Il ne s'agit pas du seul massacre de cathares, «mais c'est le plus important», explique Jean Blanc, historien du catharisme. Il a été particulièrement important «car certains cathares ne voulaient pas abjurer leur foi et ont décidé de mourir», ajoute cet attaché de conservation aux Archives départementales de l'Aude.

 

Un pardon qui ne vaut pas «réconcialition»

 

«C'est un pardon qui vient un peu tard, mais mieux vaut tard que jamais», a réagi  Gérard Millet, président de l'association ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye il y a un mois

    L'église d'Ariège est-elle mandatée pour demander pardon d'une action qui reçut la bénédiction du pape? Ne serait-elle pas un peu régionaliste, l' église d'ariège?

  • 2445joye il y a un mois

    Quelle absurdité de vouloir juger les actes d'un aussi lointain passé avec notre mentalité d'aujourd'hui ! Mais c'est dans le droit fil du détricotage de la Nation par la régionalisation, illustré par le choix du nom "Occitanie" pour la région. La revanche, à peu de frais, des Sudistes sur Simon de Monfort...

  • M8252219 il y a un mois

    Daesh à 800 ans de retard.