Massacre de Sétif : la France veut rendre hommage aux victimes

le
5
Massacre de Sétif : la France veut rendre hommage aux victimes
Massacre de Sétif : la France veut rendre hommage aux victimes

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini,souhaite se rendre à Sétif en Algérie pour le 70e anniversaire du massacre de milliers d'Algériens pendant la colonisation française, une première à ce niveau de représentation. Il prévoit d'effectuer un «voyage mémoriel» du 19 au 21 avril à Sétif (nord-est) puis Mers El-Kébir (ouest) et Alger, a indiqué son cabinet. «Le message du gouvernement sera : aucune mémoire n'est oubliée, on est dans une mémoire apaisée», a-t-on ajouté dans l'entourage du secrétaire d'Etat.

Ce voyage doit toutefois encore être approuvé par les autorités algériennes. «Jean-Marc Todeschini est effectivement disponible pour faire un voyage mémoriel en Algérie notamment en cette année du 70e anniversaire du massacre de Sétif. Mais le secrétaire d'Etat attend encore l'accord des autorités Algériennes avec qui ce déplacement doit se faire en bonne intelligence», a-t-on souligné.

20 000 à 45 000 morts algériens

Le massacre de Sétif reste l'une des pages les plus noires de l'Algérie française. Le 8 mai 1945, alors que la France célébrait la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie, les festivités tournèrent au drame à Sétif, Guelma et Kheratta, dans l'est de l'Algérie, où des nationalistes défilèrent, drapeaux algériens à la main.

La répression des manifestations, considérées comme les prémices de la guerre d'indépendance, fit plusieurs milliers de morts parmi les Algériens — 45 000 selon le gouvernement algérien, autour de 20 000 selon les historiens — victimes de la police, de l'armée, de bombardements de l'aviation et de la marine françaises, ou de milices de colons. Une centaine d'Européens, pris à partie par des nationalistes algériens, furent également tués.

Une démarche sensible

L'Etat avance prudemment dans le dossier sensible du rôle de la France en Algérie. Le 27 février 2005, l'ambassadeur de France en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil le vendredi 17 avr 2015 à 14:10

    pour le massacre des harkis ... j'aimerais aussi un peu d'éclaircissement de la part de la France ...

  • psion le vendredi 17 avr 2015 à 09:57

    le massacre de Sétif fut commis par un gouvernement issu du Conseil National de la Résistance ! Est-ce pour cela qu'il fut enfoui dans la mémoire collective ? La classe politique pratique l'omerta , voire la désinformation . La recherche de la vérité est l'honneur de ceux qui s'y attèlent ! L'Assemblée Nationale a voté à l'unanimité en 2002 , la prolongation de 30 ans des documents sur les massacres de Tananarive en 1949 , pourquoi ?

  • cavalair le mercredi 8 avr 2015 à 22:08

    ...et des harkis...plus de 150,000 hommes femmes et enfants en moins d'une semaine

  • jean.e le mercredi 8 avr 2015 à 21:14

    que si l algerie reconnait les massacres des pieds noirs

  • M566619 le mercredi 8 avr 2015 à 20:44

    Cette terrible répression s'est produite après que des Français eurent été massacrés dans les environs dans des conditions atroces