Massacre dans une école au Pakistan : dix clés pour comprendre

le
0
Massacre dans une école au Pakistan : dix clés pour comprendre
Massacre dans une école au Pakistan : dix clés pour comprendre

Que s'est-il passé à Peshawar mardi ? Vers 10h30 locales (6h30 à Paris), six talibans déguisés en militaires ont pris d'assaut une école militaire de Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan. Près de 500 élèves, la plupart âgés de 10 à 20 ans, étaient alors présents dans l'établissement. Selon les témoins, les assaillants, munis de vestes garnis d'explosifs, sont passés de classe en classe pour abattre les enfants, un à un. L'attaque a rapidement était revendiquée par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP). L'armée est intervenue, tentant de reprendre le contrôle de l'école, alors que le bilan s'alourdissait. Les blessés ont été transportés dans deux hôpitaux, rapidement débordés. Vers 18h30 locales, soit 8 heures après le début de l'assaut, l'armée a annoncé la fin de l'attaque et la mort des six talibans, tués par les militaires ou par leurs explosifs. Le bilan est effroyable : 141 morts, dont 132 enfants, et 124 blessés dont 121 enfants.

VIDEO. Pakistan : 141 morts dans l'attaque d'une école à Peshawar

Qui était visé ? L'école militaire de Peshawar a été choisie car de nombreux enfants de soldats y sont scolarisés. Les talibans souhaitaient ainsi venger par le sang l'offensive militaire lancée à leur encontre en juin. «Nous avons mené cette attaque après une enquête qui a indiqué que les enfants de plusieurs haut responsables de l'armée étudient dans cette école», a expliqué Muhammad Khurasani, porte-parole du TTP. «Cette attaque est une réponse à l'offensive Zarb-e-Azb, à la vague d'assassinats perpétrée contre les talibans et au harcèlement de leurs proches», a-t-il ajouté. En revendiquant l'assaut, le TTP a dit avoir demandé aux assaillants «d'épargner les enfants», des adultes suivant également des cours dans l'école militaire. Or, les témoins indiquent que les enfants ont été délibérément tués, la plupart d'une balle dans la tête. A l'issue de l'attaque, le TTP ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant