MaSpatule.com surfe sur la vague de l'art culinaire

le
2
MaSpatule.com surfe sur la vague de l'art culinaire
MaSpatule.com surfe sur la vague de l'art culinaire

Un soir d'hiver en 2011, Aurélie Perruche, ingénieur de formation et titulaire d'un master Entrepreneuriat et innovation à l'Ecole supérieure de commerce de Paris (ESCP Europe), s'agace de ne pas trouver dans sa cuisine les ustensiles nécessaires pour concocter un bon petit plat. Elle se promet alors de de s'offrir rapidement des accessoires sympas, originaux et colorés pour cuisiner. Mais quand elle commence ses recherches, force est de constater, que peu de boutiques dédiées à l'art de la table existent et encore moins sur Internet. Avec Yvan Morales, son associé de la première heure avec qui elle déjà fondé Likiwi, une application pour téléphoner gratuitement, elle décide d'explorer ce marché.

L'art culinaire en vogue

A cette époque, la cuisine est très en vogue, portée notamment pas les émissions de télé comme MasterChef et TopChef, précise la jeune fille. « Sans business plan et au feeling, nous concoctons notre propre site dans mon appartement juste pour tester le marché ». Et tout de suite, les clients mordent à l'hameçon. Quatre mois plus tard, en avril 2012, les deux jeunes gens réunissent 15 000 ¤ et lancent officiellement MaSpatule.com. « Durant un an, nous avons été logés dans une pépinière et ce fut une expérience très enrichissante qui nous a permis d'être entourés et aussi d'échanger avec d'autres jeunes entreprises », se souvient Aurélie Perruche, âgée de 29 ans aujourd'hui.

Un chiffre d'affaire qui bondit  de 100 %

« Pour survivre dans la jungle d'Internet », la jeune fille décide de chouchouter ses clients. « Nous sommes toujours à leur écoute, nous les conseillons et nous essayons d'être le plus réactif possible », insiste-t-elle. Aujourd'hui, le site travaille avec 90 fournisseurs et propose près de 30 000 références. MaSpatule qui emploi désormais 5 salariés a toujours été rentable et l'an dernier, la société a vu son son chiffre d'affaires bondir de 100 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mardi 3 fév 2015 à 16:03

    Utile pour ceux qui n'habitent pas dans des quartiers bien achalandés, mais veulent quand même s'offrir des ustensiles de cuisine originaux.

  • d.jousse le mardi 3 fév 2015 à 12:02

    Aurélie Perruche n'a pas du chercher beaucoup, son explication ne sert qu'à donner l'idée d'une belle histoire. Mais bon, un site de vente en ligne de plus c'est toujours bien.