Masopust à la table des éternels

le
0

Josef Masopust est décédé ce lundi 29 juin à l'âge de 84 ans. Pelé et Platini pleurent leur ami et modèle. Portrait du Chevalier du football, bien plus grand qu'un Ballon d'or.

C'est la fin d'une belle histoire : celle du fils de mineur, qui grandit sous le joug communiste de la Tchécoslovaquie de l'après-guerre, qui emmène son pays respirer au sommet du monde ; celle du joueur qui, arrivé empreint d'humilité, repart auréolé de gloire sans se départir de l'une au profit de l'autre ; celle de l'homme qui préfère respecter les adversaires que les écraser. Le lundi 29 juin 2015, le Chevalier Masopust a rejoint la table des éternels du ballon rond, prenant place aux côtés de Stanley Matthews, Alfredo Di Stéfano, Omar Sivori, Florian Albert, George Best, du camarade Lev Yachine et, évidemment, de son ami Eusébio. Le Roi qui considérait le Chevalier comme " un bien meilleur footballeur que (lui) " à l'occasion du 80e anniversaire de Masopust auquel il assistait. Car le bon Josef, s'il n'est pas le plus célèbre, est indéniablement parmi les plus grands.

Box to box au Club d'éducation physique de l'armée


Les débuts sont compliqués. Quand le petit Josef voit le jour en 1931 au nord de la Bohème, premier de six enfants, la mère au foyer s'inquiète de quelle partie du corps son fiston pourrait se blesser en jouant et il n'y a que le père mineur qui a droit à " un bout de viande par semaine ". Puis, alors qu'il s'endort bercé par les exploits d'un autre Josef, Bican, légendaire attaquant du Slavia Prague, les Allemands viennent fourrer leurs casques dans ses Sudètes natales, perturbant son identité et ses rêves. Il faut attendre la fin de la guerre pour que Josef, 14 ans, intègre le club de la mine paternelle, le Uhlomost Most, et, cinq ans plus tard (mais 55 ans avant Edin Džeko), le ZSJ Technomat Teplice. Premier match et premier but contre Žilina, qui n'a pas attendu Marseille et Gignac pour en encaisser sept (7-1).

Les bonnes performances du jeune Josef attirent l'attention. Sauf que depuis le putsch communiste de février 1948, ce n'est pas exactement l'arrêt Bosman qui fait jurisprudence : déclaré " bon pour le service ", il est recruté par l'ATK Prague (Armádní Tělovýchovný Klub, Club d'éducation physique de l'armée). Créé en 1948, placé en première division la même année, et doté d'un droit de préemption sur tous les joueurs tchécoslovaques, l'ATK sera emmené par le sens tactile (aucun lien avec Tacteel, le DJ du groupe de rap ATK, ndlr), technique et tactique de Josef Masopust pendant 16 ans. Ce qui forgera sa légende. Car…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant