Mascherano en patron, le PSG sans charnière

le
0
Mascherano en patron, le PSG sans charnière
Mascherano en patron, le PSG sans charnière

Auteur d'une partie remarquable, Javier Mascherano a permis à Luis Enrique de remporter la bataille tactique qui l'opposait à Laurent Blanc. Un président sans charnière centrale puisque Thiago Silva et David Luiz ont profité de l'occasion pour visiter Barcelone. Pendant ce temps, Verratti a régné sur la terre du milieu.FC Barcelone
Ter Stegen (5): S'il ne peut presque rien sur le shoot à mi-distance de Zlatan Stojakovic, il aura facilement traversé cette tornade de centres tout mous de Blaise Matuidi. Face à un tel blase, même Claude Bravo ne peut rien faire.

Mathieu (4,5): Mascherano a réussi à équilibrer l'équipe d'Argentine au Mondial mais il ne peut pas sauver tout le monde. Ce soir, Jérémy Mathieu était seul au monde face aux grands ponts et gros coups d'épaule de Lucas. C'est ça, de jouer sur le côté gauche de Neymar.

Pique (4,5): Beaucoup de passes, et un joli tacle in extremis face à Pastore en fin de match. Sauf qu'à la grande époque, Piqué n'avait jamais besoin de salir son short pour ce genre d'intervention. Aujourd'hui, il a défendu au sol et a donc expérimenté le goût de la semelle Mizuno de Thiago Motta. Gerard, c'est moche d'engager des gardes du corps qui font 15 centimètres de moins que toi.

Bartra (7): Alors que Blaise Matuidi lui a fait revivre ce cauchemar où il se fait manger tout cru par une fusée galloise sur le bord d'une ligne de touche, Marc s'est repris en deuxième mi-temps. Un triple sauvetage, de l'élégance, un coup du sombrero et un grand futur. Ovation, pour lui.

Pedro (2): Deux, comme le nombre d'explications possibles à cette conduite de balle de gaucher. Option n°1 : Pedro s'est dit qu'il allait se transformer en Arjen Robben. Option n°2 : le canari a décidé de copier la transformation de Rafa Nadal. Sauf que le tennisman a changé de main à 5 ans, pas à 27.

Mascherano (7,5): Après Carles, voilà Javier. En plus de sauver Piqué, Mascherano doit aussi protéger Busquets. Le garde du corps aura passé la moitié de son match à écouter les consignes de Luis Enrique près du banc, et l'autre moitié à essayer de les transmettre à ses coéquipiers, le tout en tentant de faire sortir Zlatan de son match. Ca fait beaucoup pour un seul homme.

Busquets (4): Dans un rôle de milieu intérieur qui n'est pas le sien, l'ancien aspirateur aura été le joueur de champ du Barça à toucher le moins de ballons du match. S'est remis à exister avec l'entrée en jeu de papa Xavi, qui l'a laissé crever sur une interception de Javier Pastore. Parce qu'il faut savoir laisser grandir ses enfants, même quand ça fait mal.

Messi (6): Après un premier but du droit sur son premier ballon, ou...














FC Barcelone
Ter Stegen (5): S'il ne peut presque rien sur le shoot à mi-distance de Zlatan Stojakovic, il aura facilement traversé cette tornade de centres tout mous de Blaise Matuidi. Face à un tel blase, même Claude Bravo ne peut rien faire.

Mathieu (4,5): Mascherano a réussi à équilibrer l'équipe d'Argentine au Mondial mais il ne peut pas sauver tout le monde. Ce soir, Jérémy Mathieu était seul au monde face aux grands ponts et gros coups d'épaule de Lucas. C'est ça, de jouer sur le côté gauche de Neymar.

Pique (4,5): Beaucoup de passes, et un joli tacle in extremis face à Pastore en fin de match. Sauf qu'à la grande époque, Piqué n'avait jamais besoin de salir son short pour ce genre d'intervention. Aujourd'hui, il a défendu au sol et a donc expérimenté le goût de la semelle Mizuno de Thiago Motta. Gerard, c'est moche d'engager des gardes du corps qui font 15 centimètres de moins que toi.

Bartra (7): Alors que Blaise Matuidi lui a fait revivre ce cauchemar où il se fait manger tout cru par une fusée galloise sur le bord d'une ligne de touche, Marc s'est repris en deuxième mi-temps. Un triple sauvetage, de l'élégance, un coup du sombrero et un grand futur. Ovation, pour lui.

Pedro (2): Deux, comme le nombre d'explications possibles à cette conduite de balle de gaucher. Option n°1 : Pedro s'est dit qu'il allait se transformer en Arjen Robben. Option n°2 : le canari a décidé de copier la transformation de Rafa Nadal. Sauf que le tennisman a changé de main à 5 ans, pas à 27.

Mascherano (7,5): Après Carles, voilà Javier. En plus de sauver Piqué, Mascherano doit aussi protéger Busquets. Le garde du corps aura passé la moitié de son match à écouter les consignes de Luis Enrique près du banc, et l'autre moitié à essayer de les transmettre à ses coéquipiers, le tout en tentant de faire sortir Zlatan de son match. Ca fait beaucoup pour un seul homme.

Busquets (4): Dans un rôle de milieu intérieur qui n'est pas le sien, l'ancien aspirateur aura été le joueur de champ du Barça à toucher le moins de ballons du match. S'est remis à exister avec l'entrée en jeu de papa Xavi, qui l'a laissé crever sur une interception de Javier Pastore. Parce qu'il faut savoir laisser grandir ses enfants, même quand ça fait mal.

Messi (6): Après un premier but du droit sur son premier ballon, ou...














...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant