Masayoshi Son, le milliardaire aux doigts d'argent

le
0
Masayoshi Son, le patron de Softbank, n?a pas beaucoup d'amis parmi les patrons japonais qu?il juge timorés et ringards.
Masayoshi Son, le patron de Softbank, n?a pas beaucoup d'amis parmi les patrons japonais qu?il juge timorés et ringards.

« J'adore acheter, j'ai bien plus de mal à vendre », déclarait récemment aux actionnaires de SoftBank Masayoshi Son, le patron de ce groupe de télécoms japonais qui vient d'annoncer le rachat du géant des semi-conducteurs britannique ARM. L'argent brûle les doigts de ce milliardaire qui n'en finit pas de s'emparer de sociétés à des prix délirants, suscitant les craintes des analystes financiers. En 2006, il avait déboursé 13 milliards de dollars pour acheter au britannique Vodafone ses activités de téléphonie mobile au Japon, alors en piteux état. Aujourd'hui, l'homme ne rate pas une occasion de se moquer de ceux qui lui garantissaient un échec cuisant. En effet, il a fait de l'ex-Vodafone Japan un opérateur cellulaire en pleine forme qui recrute des clients à tour de bras et mène la vie dure à ses concurrents NTT Docomo et KDDI.

D'origine coréenne, Masayoshi Son a le don de braver les Cassandre qui lui prédisent de mauvais jours, et a un certain flair pour dénicher les sociétés avant qu'elles ne connaissent le succès. Il a investi tôt dans Yahoo! au Japon, filiale dont il a pris le contrôle pour en faire le premier portail internet au Japon. Il a mis des billes dès 2000 dans la galerie marchande chinoise Alibaba et a empoché depuis des sommes colossales lors de l'entrée en Bourse de cette société et, plus récemment, 11 milliards de dollars en revendant une petite partie de ses titres. Il est encore actionnaire à 28 %...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant