Martyre des lapins angoras : « Comment je me suis infiltré »

le , mis à jour à 09:25
1
Martyre des lapins angoras : « Comment je me suis infiltré »
Martyre des lapins angoras : « Comment je me suis infiltré »

Patrick donne son vrai prénom — assez courant pour garantir son anonymat — mais refuse les photos et s'assure poliment qu'on n'enregistre pas l'interview « parce que [sa] voix est très reconnaissable », s'excuse-t-il. Voilà seize ans que ce quadra fait partie des « infiltrés » de One Voice. Formé aux techniques de la clandestinité, il a déjà dû déménager et changer de vie à l'issue des enquêtes les plus lourdes. Ce caméléon au service du bien-être animal s'est déjà introduit dans l'univers de la corrida, le monde de la chasse à courre, dans des cirques ou des laboratoires. Comme l'ensemble de la petite équipe d'enquêteurs, il ne côtoie pas les permanents de l'association. Seule la présidente Muriel Arnal sait sur quel sujet il travaille. « Le cloisonnement est capital, une fuite, même involontaire, est si vite arrivée », explique-t-il.

 

En ce qui concerne le dossier « lapins », Patrick révélera qu'ils étaient trois à s'introduire dans six élevages : de petites exploitations familiales, avec une douzaine de bêtes épilées de manière très irrégulière, comme des structures industrielles avec 600 lapins, et donc de l'arrachage quotidien. Patrick et ses deux collègues ont parfois été embauchés ou sont parfois entrés dans les élevages sous d'autres prétextes, que Patrick refuse de divulguer : « Je suis en ce moment sur deux autres enquêtes et ne veux pas compromettre ma boîte à outils », botte-il en touche.

 

Le secret d'une infiltration réussie est le travail de fourmi de préparation : « Il faut potasser des dossiers des mois pour identifier les élevages, leurs besoins, les portes d'entrées par lesquelles se faufiler. » Autre impératif, quand on veut ramener des images chocs : bien positionner sa caméra cachée. Patrick confie ainsi que, dans les élevages d'angoras, il a vu des éleveurs déchirer la peau des lapins en les épilant, mais la lentille de sa caméra était ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 3 mois

    Sujet vraiment passionant... Rassurant de savoir qu'on égorge les prêtres mais les lapins angora sont bien gardés.