Márton Fülöp, le manque de Marci

le
0
Márton Fülöp, le manque de Marci
Márton Fülöp, le manque de Marci

Le 3 mai dernier, l'ancien portier magyar de Sunderland, un temps numéro deux de survêt' Gábor Király en sélection hongroise, aurait eu 32 ans si un cancer n'en avait pas décidé autrement en novembre 2015. Des faubourgs de Budapest où il s'est forgé à Tripoli en Grèce en passant par les Black Cats dont il a accompagné le retour en Premier League lors de la saison 2006-2007, personne n'a oublié Marci.

" Les médecins m'ont dit que la maladie était derrière moi et ne voyaient aucun obstacle empêchant mon retour sur le terrain. Beaucoup d'équipes se sont intéressées à moi en janvier et c'est rassurant. " En ce jour de finale de League Cup 2014, alors que Sunderland s'apprête à défier Manchester City à Wembley, Márton Fülöp suit de loin les aventures de ses anciens camarades Black Cats, finalement balayés par les Citizens (1-3). Il récupère lentement d'une tumeur maligne au bras récemment opérée et croit en son come-back. Malheureusement, la chimio ne suffit pas et le cancer récalcitrant terrasse Fülöp le 12 novembre 2015.

"La mort de Márton est une immense douleur. L'équipe en a ressenti le poids et s'est battue pour lui sur le terrain. Quel que soit le gardien qui aurait pu être sollicité à ma place, nos cages devaient absolument rester inviolées en l'honneur de Marci. J'aurais tant aimé qu'on fête ensemble ma 100e sélection... ", déclarait le soir même le fameux Gábor Király après une victoire à l'arrachée contre la Norvège en barrages aller de l'Euro français, validant quasiment le ticket du Nemzeti 11.

Commotion cérébrale et Roy Keane


L'histoire aurait eu moins d'écho si la tête de Helland n'avait pas tapé la barre à trois minutes du terme. À en croire le Grégoire Margotton magyar, István B. Hajdú, ce miracle serait l'œuvre du regretté Fülöp. Sauf qu'avant d'être proclamé sauveur post-mortem de la Hongrie en prime time, celui que l'on surnommait Marci s'est appliqué à défendre les buts de plusieurs écuries budapestoises, dont le MTK où son père, Ferenc, fut un neuf mythique des Bleu et Blanc (1977-1986), parti finir sa carrière à Charleroi. Le fiston, lui, s'est laissé happer par Tottenham à vingt-deux ans seulement, quitte à enchaîner les prêts (Chesterfield, Coventry...).

Le gabarit imposant (1,98m, 92 kg) du Magyar lui offrit une période anglaise honorable, à l'image du Király de Crystal Palace, nommé

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant