Martinez, le bal du cygne

le
0
Martinez, le bal du cygne
Martinez, le bal du cygne

C'est une pierre de la longue reconstruction. De l'avis de tous, il est même la fondation de ce qu'est redevenu Swansea. D'abord en tant que joueur et capitaine puis, et surtout, sur le banc, Roberto Martinez a largement créé ce qu'est devenu aujourd'hui le club gallois. Sauf qu'aujourd'hui, l'Espagnol a changé de banc. Regard dans le rétro.

La file est longue. Elle est interminable. Pour la plupart, ils sont là depuis des heures. Justin, 37 ans à l'époque, l'affirme, dans l'attente : "certains ont même quitté leur travail pour l'occasion. C'était le jour le plus important de notre vie. Avec du recul, ce n'est que du foot mais à cette heure-là, c'était un petit peu plus que ça. J'ai des amis qui se sont même fait licencier par leur employeur. Ils avaient séché le travail pour obtenir leur billet." Jamais le célèbre aphorisme de Bill Shankly n'aura pris une telle mesure que cette semaine du printemps 2003. Ce jour-là, dans le sud du Pays de Galles, à Swansea, le football est bien "une question de vie ou de mort". Celle d'un historique, le Swansea City Association Football Club. Car le 3 mai 2003, au moment de sortir du couloir du Vetch Field de Swansea, les Swans ont le bec dans l'eau. La troupe emmenée par l'ancien international gallois Brian Flynn (66 sélections entre 1975 et 1984) est au bord de l'extinction, d'une descente en Conference qui signifierait probablement la mort pure et simple d'un club qui était encore en première division vingt ans plus tôt.

Les images et la voix de l'époque dessinent parfaitement la dramaturgie de l'instant. "C'est pour la ville, c'est pour le pays, c'est pour l'honneur", annonce le commentateur. Le décompte final fera état de 9 585 écharpes blanches serrées plus fort que jamais alors que certaines larmes coulent sur les joues pâles. Joe Allen n'a alors que treize ans et est, lui aussi, en tribunes. L'actuel joueur de Liverpool court alors pour l'équipe des U13 de Swansea. Il sait qu'en cas de descente, l'existence de sa catégorie pourrait être en danger. Il est 15h00, heure anglaise. Face à Swansea, Hull City qui n'a alors plus rien à jouer dans cette fameuse troisième division à vingt-quatre équipes. Au cœur du jeu, deux hommes : un gamin de vingt ans, Leon Britton, prêté à l'époque par West Ham, et Roberto Martínez, arrivé quelques mois plus tôt de Walsall. Brian Flynn en a fait son capitaine. Il offrira cet après-midi là une passe décisive à Lenny Johnrose. Le troisième des quatre buts de Swansea. Car dans la peur du Vetch Field, Swansea s'imposera (4-2) avec un triplé de James Thomas, enfant de la ville. Le club vient de se sauver, le stade d'être envahi. Roberto Martinez de poser sa première pierre.

[VIDEO…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant