Martinez invite Hollande à discuter pour mettre fin aux grèves

le
11
SELON MARTINEZ, LES GRÈVES PEUVENT S'ARRÊTER LUNDI SI HOLLANDE DISCUTE
SELON MARTINEZ, LES GRÈVES PEUVENT S'ARRÊTER LUNDI SI HOLLANDE DISCUTE

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Les manifestations et les grèves contre la loi Travail peuvent cesser dès lundi si François Hollande accepte de reprendre "tout à zéro" avec les partenaires sociaux, a déclaré vendredi à Reuters le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Son organisation est, avec l'appui de Force ouvrière (FO), à la pointe de ce mouvement qui a provoqué un début de pénurie de carburants en France et menace de perturber l'Euro de football, dont le coup d'envoi sera donné le 10 juin au Stade de France.

"Il faut que le président de la République dise au gouvernement 'Maintenant on arrête tout, on écoute ceux qui sont défavorables à ce projet de loi, qui sont majoritaires dans ce pays, et on remet les compteurs à zéro'", a-t-il déclaré en marge du procès de syndicalistes d'Air France à Bobigny.

La CGT continue d'exiger le retrait du projet de loi porté par la ministre du Travail, Myriam El Khomri, qui est en revanche soutenu par la CFDT, organisation syndicale rivale.

Philippe Martinez et son homologue de la CFDT, Laurent Berger, qui s'opposent radicalement sur ce texte et sur le mouvement de protestation en cours, ont accepté d'en débattre dans un face-à-face lundi soir sur RTL.

La CGT juge notamment inacceptable l'inversion de la hiérarchie des normes, organisée par l'article 2 du texte, qui affirme la prééminence des accords d'entreprise sur les conventions de branches et nationales.

"C'est la colonne vertébrale de cette loi, c'est pour ça que nous en demandons le retrait pour discuter de propositions alternatives", explique Philippe Martinez, pour qui la balle est désormais dans le camp du gouvernement.

Il y a pour la CGT au moins deux autres lignes rouges parmi les dispositions du projet de loi : la possibilité d'organiser des référendums d'entreprises et les modalités d'évaluation des critères pouvant justifier des licenciements économiques.

Si ces deux points et l'article 2 étaient retirés, "cela changerait radicalement la donne", estime Philippe Martinez, qui reconnaît cependant que cela viderait en grande partie le texte de sa substance.

Pour lui, les propositions de réécriture de l'article 2 avancées par certains députés socialistes, dont le rapporteur du texte, Christophe Sirugue, ne sont que des "alibis" qui ne changent rien à l'inversion de la hiérarchie des normes.

Les sept organisations syndicales, dont la CGT et FO, qui ont engagé un bras de fer avec le gouvernement contre le projet de loi, ont appelé à une amplification de la mobilisation après une huitième journée de manifestations, jeudi.

Mais "si M. Hollande, en rentrant du Japon, nous dit 'Ok, j'ai compris le message, on arrête, on s'assied autour d'une table et on rediscute', ça s'arrêtera naturellement", dit le numéro un de la CGT.

"On n'est pas dans une perspective que ça traîne, ça peut s'arrêter dès lundi", a-t-il ajouté. "Ça veut dire que si on arrête l'examen du projet de loi au Parlement et qu'on reprend tout à zéro, le mouvement peut s'arrêter dès lundi."

(Edité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.joly1 il y a 12 mois

    post effacé : CGT: "Si Hollande dit OK on discute, les grèves peuvent s'arrêter lundi" . La CGT est une grande organisation responsable. Hollande et Valls sont des aventuriers.

  • g.joly1 il y a 12 mois

    M9941825 : vous pouvez toujours rêver et le croire.

  • M9941825 il y a 12 mois

    Discuter avec Martinez , c'est dire OUI à ses revendications -------et payer les heures de gréve-----avec une petite prime

  • M5441845 il y a 12 mois

    S'il demande a discuter, c'est qu'il se sent en situation de faiblesse. La France n'est pas bloqué, le peuple n'a pas suivi. Les barrages sont tenus par de petits groupes bien seuls. le coup de bluff est un échec. La CGT a perdu et va sortir de cette affaire très affaibli. Quand a Martinez il n'a plus qu'a écrire sa lettre de démission .

  • 445566ZM il y a 12 mois

    C'est l'article 2 qui dérange la cgt, il permet organisation d'un référendum dans une entreprise, pour que les salariés prennent des décisions à la majorité des voies. Actuellement c'est la cgt et ses représentants jusqu'au-boutistes qui s'arrogent le droit de représenter les salariés. Ils disent que le référendum c'est une solution trop démocratique.

  • g.joly1 il y a 12 mois

    Ca me semble raisonnable et significatif du sens des responsabilités de ce grand syndicat qu'est la CGT

  • nayara10 il y a 12 mois

    La France est gouverné par un Terroriste :Mais pas celui-là ...L'autre ...Celui qui baisse l'échine aux caresses du bouledogue Yanky

  • ericlyon il y a 12 mois

    Cette personne est nuisible pour la France. Elle est responsable avec ses comparses d'une grande partie de nos problèmes et en plus elle voudrait qu'on l'écoute. Si le centre, la droite modérée et la gauche modérée ne s'étaient pas aussi bêtement opposé depuis des années nous ne serions pas sous le joue de ces extrêmes qu'elles soient de gauche (comme la CGT) ou de droite comme le FN.

  • toto409 il y a 12 mois

    Et si on séquestrait les gars de la CGT dans leur immeuble a Montreuil ?

  • CHANOMAR il y a 12 mois

    les bobos journalistes ont peur maintenant pour leur foot qui est plus important pour eux que le bien etre de personnes dans les entreprises