Martin Shkreli, patron du laboratoire Turing, arrêté par le FBI

le
0
    par Nate Raymond 
    NEW YORK, 17 décembre (Reuters) - Martin Shkreli, 
incarnation aux yeux de ses détracteurs de la flambée des prix 
des médicaments sur ordonnance aux Etats-Unis, a été arrêté 
jeudi par le FBI dans le cadre d'une enquête fédérale concernant 
son ancien fonds spéculatif et un laboratoire pharmaceutique 
qu'il a dirigé. 
    Un journaliste de Reuters a assisté à l'arrestation à 
Manhattan et une porte-parole du FBI l'a confirmée. 
    Agé de 32 ans, Martin Shkreli est désormais directeur 
général de Turing Pharmaceuticals et KaloBios Pharmaceuticals 
 KBIO.O , dont le titre s'effondrait de 53% à 11,03 dollars dans 
les transactions avant l'ouverture de la séance à Wall Street. 
    L'enquête pour fraude financière le concernant se rapporte 
toutefois à la période où il gérait le fonds spéculatif MSMB 
Capital Management puis dirigeait le laboratoire 
biopharmaceutique Retrophin  RTRX.O , a dit une personne 
informée du dossier. 
    Selon cette source, Martin Shkreli est soupçonné d'avoir 
illégalement utilisé des actifs de Retrophin pour rembourser des 
dettes alors que MSMB venait d'essuyer des millions de dollars 
de pertes. 
    Le parquet a par la suite annoncé que Martin Shkreli allait 
être inculpé devant un tribunal fédéral de Brooklyn dans le 
cadre d'une affaire concernant Retrophin, dont l'action baissait 
de 6,2% à 20,02 dollars en avant-Bourse. 
    Les avocats de Martin Shkreli n'ont pas répondu dans 
l'immédiat aux demandes de commentaires. Turing et KaloBios ont 
refusé de s'exprimer sur le sujet. Retrophin a pour sa part 
déclaré avoir "pleinement coopéré" à l'enquête et a refusé de 
s'exprimer davantage. 
    MSMB Capital Management avait été créé en 2009 et Martin 
Shkreli avait annoncé sa fermeture en 2012, année au cours de 
laquelle avait été fondé Retrophin dont Martin Shkreli a été 
directeur général jusqu'à en être limogé en septembre 2014. 
    En août dernier, Retrophin a saisi un tribunal fédéral de 
Manhattan pour réclamer 65 millions de dollars à Martin Shkreli, 
que le laboratoire accuse de s'être servi de sa position pour 
s'enrichir et rembourser des dettes à l'égard d'investisseurs 
abusés via MSMB. 
    Martin Shkreli a démenti ces accusations. 
    A la tête de Turing, startup non cotée, Martin Shkreli a 
suscité en septembre une vague d'indignation pour avoir porté de 
13,50 dollars à 750 dollars le prix du comprimé de Daraprim, un 
traitement vieux de 62 ans contre la toxoplasmose, qu'il venait 
d'acquérir. 
    Le Congrès des Etats-Unis a ouvert depuis deux enquêtes 
distinctes sur la tarification du Daraprim, qui était auparavant 
utilisé de longue date comme un médicament générique pour 
traiter la toxoplasmose chez les patients atteints du sida. 
    Lors d'une audition à ce sujet la semaine dernière devant le 
Sénat américain, un médecin soignant des bébés souffrant de 
toxoplasmose, maladie mortelle dans leur cas, a déclaré que le 
coût d'un traitement complet au Daraprim avait bondi de 1.200 
dollars à 69.000 dollars. 
 
 (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid 
Exbrayat) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant