Martin Fourcade : "Il y a un côté maso dans le biathlon"

le
0
Martin Fourcade, vainqueur de quatre Globes, assure adorer la compétition : Ça n'arrêtera jamais, même si je gagnais cinquante Globes !
Martin Fourcade, vainqueur de quatre Globes, assure adorer la compétition : Ça n'arrêtera jamais, même si je gagnais cinquante Globes !

L'exploit est de taille. Le week-end dernier, Martin Fourcade, double champion olympique, a remporté pour la quatrième fois d'affilée la Coupe du monde de biathlon. Aucun de ses prédécesseurs, même les plus prestigieux - son compatriote Raphaël Poirée (trois titres) ou la légende norvégienne Bjørndalen (6 Globes au total) - ne sont parvenus à faire mieux. Mieux, dans les sports de neige, il est le seul Français à s'offrir un tel tour de force. À 26 ans, celui qui deviendra père en septembre ne compte pourtant pas en rester là et prolongera au moins jusqu'aux JO de 2018. L'occasion de connaître un peu plus le Catalan, qui s'est confié au Point.fr.

L'ambition : "Ça n'arrêtera jamais"

S'il a remporté le Globe le week-end dernier, Martin Fourcade a terminé quatrième de l'ultime course, se contentant de se frapper le torse en franchissant la ligne d'arrivée. "C'était un mélange de grande joie et de frustration", explique-t-il, jamais rassasié. "Depuis les JO, j'ai gagné tout ce que je rêvais de gagner", ajoute-t-il. "J'adore la compétition, ça n'arrêtera jamais, même si je gagnais cinquante Globes !" Le Français insiste sur "le plaisir de se faire mal, de souffrir en fin de course" : "Il y a un côté maso dans le biathlon, la souffrance est brève, mais j'ai décidé de la vivre. Personne ne me force à prendre le départ d'une course."

La saison : "On est toujours pris"

En biathlon, la saison est courte, concentrée entre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant