Martin Dahlin : " Zlatan est un amuseur public"

le
0

Trois heures avant le début du derby scandinave, qui décidera qui de la Suède ou du Danemark passera son été en France, Martin Dahlin est déjà installé dans la Friends Arena de Stockholm. Tendu, l'ancien attaquant suédois aux 60 sélections sait que le destin des siens est entre les pied d'Ibrahimovic.

Où est-ce que vous allez regarder le match contre le Danemark, tout à l'heure ? Au stade, bien sûr ! J'y suis déjà, d'ailleurs. C'est un très gros événement, en Suède. Le stade sera plein, les gens sont très excités. Tout le monde ne parle que de ça, dans les rues de Stockholm. On sait que ça va être très dur.
A combien évaluez-vous les chances de la Suède de se qualifier ? Ce sera du 50/50. Pour passer, il nous faudra bien défendre, et espérer qu'Ibrahimovic soit dans un bon jour.
D'où vient cette rivalité entre les deux équipes ? C'est simplement parce que nous sommes voisins. C'est aussi bête que ça.
Est-ce que les Suédois font des blagues sur les Danois, comme les Français peuvent le faire avec les Belges ? Non, pas vraiment. On préfère se foutre de la gueule des Norvégiens. Je vous en raconterais bien une, mais j'oublie les blagues aussi tôt qu'on me les a racontées. Et puis je crois que les Norvégiens racontent les mêmes blagues à propos des Suédois, que celles qu'on fait sur eux. Mais on laisse les Danois tranquilles.
Certains Suédois pensent qu'une élimination serait une bonne chose, car elle permettrait de remplacer Erik Hamrén, le sélectionneur, dont les résultats sont très moyens. Vous êtes de cet avis ? Je pense que personne n'est heureux des résultats de l'équipe, depuis deux ans. Mais si on bat le Danemark, Hamrén aura fait le job. Même si tout le monde, y compris les joueurs et le coach, espérait mieux de la part de l'équipe.
Vous avez réagi comment, lorsqu'Ibrahimovic a déclaré qu'il avait mis la Suède et la France sur la carte du football ? Je n'y ai pas vraiment prêté attention. Zlatan est un amuseur public, il sait comment faire les gros titres de la presse. Je ne pense pas qu'il était sérieux. Et d'ailleurs, ici, personne ne l'a pris au sérieux. Tout le monde a compris que c'était de l'ironie.
En tant que membre de l'équipe qui a fini troisième de la Coupe du monde 1994, vous n'avez pas été vexé ? Non, pas du tout. Ça…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant