Martial, la dernière folie anglaise

le
0
Martial, la dernière folie anglaise
Martial, la dernière folie anglaise

Manchester United pourrait donc faire d'un gamin de 19 ans sans beaucoup de références, le transfert le plus cher de l'histoire de la Premier League. Un coup de folie ? Pas forcément, au regard du contexte actuel et de la tradition anglaise en la matière.

Monaco est en train de ringardiser Porto. Longtemps, le club lusitanien faisait office de référence absolue quand il s'agissait de revendre à prix d'or des joueurs auparavant achetés pour quelques poignées de cerises. Mais avec l'ASM, ce savoir-faire flirte désormais avec l'art. On pensait que le coup de James Rodríguez, vendu plus de 80 patates au Real Madrid l'été dernier était une aubaine un peu isolée, le genre de truc qui vous tombe dessus sans prévenir et que vous ne pouvez pas refuser. Mais en fait, ce braquage sur le meneur colombien bonifié par un Mondial brillant était juste le coup d'envoi officiel d'une nouvelle politique économico-sportive sur le Rocher. Car les stratèges du club monégasque ont oublié d'être cons. Ils ont bien capté que ce nouveau modus operandi répondait parfaitement à des obligations particulières (le fair-play financier compliqué à tenir vu les faibles ressources de l'ASM, le divorce de Rybolovlev qui l'aurait salement essoré), mais surtout à une nouvelle tendance internationale. Celle qui consiste à ne plus forcément débusquer les stars à leur sommet, mais davantage d'investir, même très fort, dans des jeunes joueurs à fort potentiel. En se positionnant en amont de la chaîne, Monaco peut envisager d'incroyables braquages : ici Kurzawa lâché pour 25 millions d'euros au PSG, là Ferreira Carrasco pour plus de 20 barres à l'Atlético Madrid, en passant par Kondogbia revendu 40 briques à l'Inter, soit le double de son prix d'achat, Abdennour (un petit "fois 3" sur le Tunisien parti à Valence) et surtout Anthony Martial qui sera le joueur français le plus cher de l'histoire quand Manchester United aura ajouté les 20 millions de bonus aux 60 déjà mis sur le tapis princier. Oui, 80 millions pour un joueur n'ayant encore jamais mis les pieds en équipe de France et qui ne facture même pas 30 matchs de L1 pour 11 buts inscrits. Zinedine Zidane, qui avait été transféré au Real Madrid pour 75 millions d'euros en 2001 après une Coupe du monde, un Euro et un Ballon d'or, doit un peu halluciner.

Même Palace peut lutter avec la Juve


Mais si la tendance est un peu générale, c'est doublement à cause des Anglais. Ou grâce à eux, c'est selon. Avec le jackpot des droits télé (2,6 milliards par saison de 2016 à 2019), les clubs de Premier League dépensent désormais sans compter, quitte à largement surpayer le moindre brin de talent en herbe (Amavi à Aston Villa pour…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant