Martial et United respirent enfin

le
0
Martial et United respirent enfin
Martial et United respirent enfin

De la pluie, quelques bâillements en tribune, mais surtout 3 points qui font du bien. Nouvelle performance moyennement convaincante pour Manchester face à Swansea, mais les Red Devils quittent Old Trafford avec une victoire dans leur besace.

Manchester United 2-1 Swansea

Buts : Anthony Martial (47e) et Wayne Rooney (77e) pour Manchester United / Gylfi Sigurdsson (70e) pour Swansea

Avachi sur ses feuilles de notes, ses grilles de statistiques et ses schémas de jeu, Louis Van Gaal a du arracher quelques uns de ses cheveux teints après le match face à Chelsea. Comment faire gagner cette équipe, et comment faire marquer ces joueurs aussi chers qu'une cagnotte d'Euro Millions ? Aujourd'hui, face à Swansea, le Néerlandais a encore décidé de confier la pointe à Wayne Rooney. Mais une nouvelle fois, c'est par Anthony Martial que le déclic est arrivé. Comme d'hab', le jeunot a trimballé sa dégaine de jmenfoutiste et ses qualités techniques de surdoué un peu partout sur le terrain, et s'est fait buteur, passeur, et sauveur des siens. En face, Swansea a montré ses énormes lacunes offensives, même si le solide bétonnage des défenseurs des cygnes leur a permis d'y croire l'espace d'une mi-temps.

La menace d'un nouveau 0-0


Sous la pluie et sous les yeux forcément tristes d'Alex Ferguson, qui à l'instar de George Lucas avec Star Wars, doit à peine reconnaître son enfant, les Mancuniens ont offert une première période un bis repetita de celle face à Chelsea lundi dernier. De la possession, une domination évidente mais stérile, et une incapacité à se trouver dans la surface de réparation. On ne peut cependant pas reprocher aux Diables Rouges de ne pas courir. Martial, menace permanente balle aux pieds, montre que l'on a peur de rien à 20 ans. Malgré sa décennie de plus, Wayne Rooney se permet également quelques percées, et obtient même un le coup franc le plus dangereux de cette première période à la 20è minute de jeu. Avant de décider de se faire justice lui même, d'opter pour une bonne bourre dans le mur, et de rater sa vengeance 2 minutes plus tard en ne cadrant pas une frappe ouverte aux 6 mètres. Les cygnes d'Alan Curtis, eux, s'appuient sur une charnière sereine. C'est en revanche devant que le bat blesse, et avec Gomis sur le banc, ni Sigurdsson ni Dédé Ayew ne parviennent à créer quoi que ce soit. Pire, l'arbitre leur ôte un pénalty en ne sifflant pas une main pourtant flagrante de Schneiderlin dans la surface à le…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant