Martial croque les Toffees

le
0
Martial croque les Toffees
Martial croque les Toffees

Grâce à un but d'Anthony Martial au bout du temps additionnel, Manchester United s'est qualifié cet après-midi pour sa première finale de FA Cup depuis 2007 en balayant Everton (2-1). L'attaquant français a été énorme et passeur décisif alors que David De Gea a sorti un penalty de Lukaku. Le ticket est au chaud.

Everton FC 1-2 Manchester United

Buts : Smalling (csc 75e) pour Everton - Fellaini (34e) et Martial (90e) pour Manchester United

Il faut voir son visage. Il semble entré dans une nouvelle dimension. Anthony Martial vole vers le poteau de corner, habité, transcendé. Il ne restait que quelques secondes mais l'attaquant français a fait basculer une demi-finale longtemps indécise entre Everton et Manchester United (2-1) grâce à une passe décisive et un but au bout du temps additionnel. Martial a été énorme toute la rencontre et emmène dans sa foulée rageuse les Red Devils vers leur première finale de FA Cup depuis 2007. Ce sera le mois prochain. Louis van Gaal peut sauter, enfin.

Emportés par la touffe


La FA Cup est un doudou. Un réconfortant, un shot de fin de saison, un morceau d'histoire à ranger dans une armoire à trophées. Cette coupe d'Angleterre a ce côté particulier, cette faculté d'être hors du temps tant son passé est costaud. Car elle peut sauver une saison, lui donner une nouvelle tournure ou, au moins, faire décrocher un sourire lorsqu'on n'en a plus l'habitude. Hier, on en parlait comme d'un "cadeau de Noël ". Aujourd'hui, elle est devenue un objectif. Louis van Gaal avait insisté, avant le rendez-vous, sur cette notion plutôt que de parler de son avenir déjà compromis. Car le Pélican le sait : une victoire à Wembley le mois prochain ne pourra pas arranger complètement sa copie. Elle pourrait simplement soigner sa sortie annoncée. Alors, comme souvent, l'enfant d'Amsterdam doit s'en remettre à des gosses. Des gamins, Anthony, Marcus, Jesse. Leur moyenne d'âge dépasse à peine les vingt ans mais peu importe. Ils ont le pouvoir sur la feuille de match où Darmian laisse sa place à Rojo côté gauche et où une autre jeune pousse, Timothy Fosu-Mensah, pousse Valencia sur le banc. Devant, Rooney est aligné dans l'axe alors que Carrick et Fellaini ont le monopole du coeur. Côté Everton, seule surprise, la présence de Phil Jagielka, capitaine incertain jusqu'à la dernière minute, alors que Coleman est remplacé côté droit par Bešić. Barry est également absent.

[INLINE…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant