Martell mise sur des cognacs plus accessibles pour se relancer

le
0

La lutte anticorruption en Chine a fait plonger les ventes des bouteilles les plus chères dans le pays.

Lendemains de fêtes difficiles pour Martell. Les ventes du cognac de Pernod Ricard ont plongé de 17 % au premier semestre de l'exercice entamé en juillet en Chine, qui était depuis des années l'eldorado de la marque et de ses rivaux Rémy Martin et Hennessy. «Au premier semestre de l'exercice précédent, les ventes du groupe en Chine avaient bondi de 18 %», relativise Alexandre Ricard, directeur général délégué du numéro deux mondial des spiritueux.

Martell souffre des mesures anticorruption et anti-ostentation décidées par le gouvernement chinois au printemps 2013, qui frappent avant tout les bouteilles ultraluxe, Louis XIII (Rémy Martin) en tête. Pour ne rien arranger, ces mesures ont été renforcées cet été, avec l'interdiction de boire de l'alcool au cours de banquets officiels.

150 millions d'économies
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant