Marseille : une primaire PS sous haute tension

le
0
Les six candidats socialistes à la primaire marseillaise accompagnés du premier secrétaire du parti, Harlem Désir, en campagne en septembre.
Les six candidats socialistes à la primaire marseillaise accompagnés du premier secrétaire du parti, Harlem Désir, en campagne en septembre.

Intox à tous les niveaux à Marseille, dimanche ! Où l'on retrouve le PS dans toute sa splendeur... Dans une ambiance surréaliste, les principaux candidats à la primaire qui doit désigner le candidat du parti aux municipales s'invectivent à distance et s'accusent de tricheries. Une primaire ouverte aux sympathisants bien au-delà des 2 000 militants PS marseillais. Il suffit pour voter d'être inscrit sur les listes électorales et de s'acquitter d'une somme minimum de 1 euro.

Les représentants des candidats font chauffer les lignes téléphoniques des journalistes pour s'accuser mutuellement de tous les maux. Du côté de l'outsider Samia Ghali, qui confiait samedi être certaine d'accéder au second tour facilement, on est d'abord furieux, car "dans des arrondissements qui votent très majoritairement pour la sénatrice-maire [dans les quartiers au nord de la ville, 13e et 15e arrondissements, surtout], il y a eu trois quarts d'heure de retard à l'ouverture des bureaux de vote". Lire aussi Samia Ghali : "J'ai l'impression d'avoir fait campagne contre le FN"

"Samia pète un câble !"Mais ce n'est pas tout. On est également outré que dans le 15e arrondissement les listes d'émargement comportent des anomalies. Jean-Pierre Mignard, le président de la Haute Autorité des primaires (HAP), mise en place par le PS pour veiller au bon déroulement du vote, admet que dans un bureau de cet arrondissement, le 49, "il y a des problèmes de listes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant