Marseille : un mois pour décharger les pétroliers

le
0
Les exigences de la CGT n'ont pas été satisfaites à l'occasion de la fin du conflit.

Week-end laborieux pour les salariés des terminaux pétroliers du Grand Port maritime de Marseille (GPMM). Après 33 jours de grève, un record historique, ils ont commencé vendredi soir à décharger les 78 navires qui patientaient en rade depuis le 27 septembre. Ils n'ont donc finalement pas suivi le mot d'ordre de grève de la Fédération nationale CGT des ports et docks qui les appelait à débrayer chaque week-end dans le cadre des négociations sur la pénibilité, une revendication n'ayant rien à voir avec le conflit de Marseille.

Il faudra un mois pour venir à bout du retard. 24 à 36 heures sont nécessaires pour décharger un pétrolier ou un gazier et le port dispose de vingt postes à quai dont quatre pour le pétrole brut. Dimanche, à mi-journée, 4 pétroliers de brut, 7 pétroliers raffinés, 5 gaziers, 2 chimiquiers et 1 péniche de gaz étaient en cours de déchargement. Et il restait encore dans la file d'attente 31 pétroliers de brut, 10 pétroliers de raffi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant