Marseille : trois mois de prison requis contre une élue qui a refusé de marier deux femmes

le , mis à jour à 00:03
5
Marseille : trois mois de prison requis contre une élue qui a refusé de marier deux femmes
Marseille : trois mois de prison requis contre une élue qui a refusé de marier deux femmes

Le procès est «une première depuis la loi de 2013» autorisant le mariage homosexuel, selon le parquet. Sabrina Hout, ancienne adjointe de Samia Ghali, la maire PS du 8e secteur de Marseille (Bouches-du-Rhône), était citée à comparaître ce mardi devant le tribunal correctionnel de la cité phocéenne pour discrimination. Motif : le 16 août 2014, elle avait fait faux bond au moment de célébrer le mariage de deux femmes d'une cinquantaine d'années, dont l'une est fonctionnaire de police. Le parquet a requis mardi trois mois d'emprisonnement et 1.500 euros d'amende à l'encontre de l'élue.

A l'époque, Sabrina Hout avait expliqué ne pas se sentir bien. L'adjointe à la famille des 15-16e arrondissements avait laissé officier un conseiller d'arrondissement, non habilité, mais aussi disposé le chevalet avec le nom d'un autre élu non présent et falsifié le registre de mariage. Des éléments qui ont entraîné l'annulation de l'acte par le tribunal de grande instance de Marseille. L'édile avait pourtant célébré d'autres unions le même jour. Et devant les enquêteurs, les deux fonctionnaires de mairie présentes, ainsi que le conseiller d'arrondissement qui a célébré l'union, ont tous témoigné que Sabrina Hout avait mis en avant ses convictions religieuses pour ne pas conduire cette célébration, évoquant la pression de ses frères.

«Inadmissibles»

Le couple de femmes avait été prévenu quelques semaines plus tard par la sénatrice Samia Ghali, maire du 8e secteur, d'un problème lors du mariage. La maire du 8e secteur avait retiré sa délégation à son adjointe. Le parquet de Marseille avait ouvert une enquête pour «faux et usage de faux en écriture publique par personne chargée d'une mission de service public», car les actes, registres et livrets de famille avaient été signés par l'élue initialement destinée à le faire. Quatre mois plus tard, le procureur de la République de Marseille Brice Robin, tout ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4760237 le mercredi 2 sept 2015 à 03:06

    Ils ont maintenant corrigé, sans le dire (évidemment). Merci cadourfr

  • cadourfr le mardi 1 sept 2015 à 11:24

    "faux bonD", encore un journaleux qui ne sait pas écrire...sinon, je trouve les broute-minous très procédurières

  • M7097610 le mardi 1 sept 2015 à 11:16

    elle est élue de la république mais elle dit obéir à ses frère... Je n'ai jamais lu un motif aussi flagrant pour justifier le retrait du droit de vote aux femmes ! Mais ou sont les féministes ?????

  • a.guer le mardi 1 sept 2015 à 10:27

    Soutenons cette élue qui défend la vraie famille !

  • m.bouil4 le mardi 1 sept 2015 à 10:01

    Il n'est pas si loin le temps où François Hollande évoquait devant l'assemblée des maires de France la possibilité pour les élus opposés au mariage de deux personnes de même sexe de faire jouer la clause de conscience. Mais depuis, LGBT est passé par là et l'ordre règne...