Marseille se craque encore à Rennes

le
0

Blessure, expulsion, erreurs individuelles et Kamil Grosicki seront venus à bout d'un Olympique de Marseille encore très fragile. Le scénario catastrophe pour les hommes de Frank Passi.

Stade rennais 3-2 Olympique de Marseille

Buts : Sio (42e), Grosicki (86e, sp) et Hunou (89e) pour Rennes // Gomis (44e, sp et 50e)pour Marseille

Il devait être le patron de cette défense marseillaise bricolée cet été. Entre les échecs de Rekik et Rolando l'année dernière, l'ancien banni Doria et le retour du cramé Fanni, Tomas Hubocan, international slovaque, avait légitimement cette étiquette sur le front. Et pourtant, c'est lui qui est planté là, les mains sur les hanches, la bouche entrouverte, le regard perdu dans le ciel. Il est perdu. Comme depuis le début du match. Alors que ses coéquipiers tiennent héroïquement depuis trente minutes et l'expulsion de Machach, il vient de réduire à néant les espoirs marseillais en fauchant bêtement Ludovic Baal dans la surface à cinq minutes du terme. Marseille menait 2-1 et il suffisait de contrôler et de l'enfermer. En première mi-temps, ses coéquipiers avaient déjà dû compenser son erreur, mais cette fois-ci, ils vont craquer complètement et s'incliner. Il va falloir s'en relever.

Les bourdes de Hubocan et André


Dès les premières minutes du match, on sent les Marseillais en grande difficulté dans l'utilisation du ballon. La maladresse des hommes de Passi est affligeante, à l'image d'un Gomis qui enchaîne les déviations manquées et les fautes grossières. Etouffé par le pressing rennais, l'OM ne parvient pas à sortir et les premières relances sont constamment interceptées. En face, les Rennais mettent la pression en récupérant très haut. Toutes les conditions sont réunies pour prendre l'avantage rapidement, et pourtant, les Bretons ne saisissent pas cette opportunité. Paul-Georges Ntep est le symbole de cette inefficacité. Quand il n'est pas occupé à gâcher des coups francs qui devraient être tirés par Yoann Gourcuff, il se montre imprécis dans ses rushs.

Positionné à gauche comme il l'a subtilement réclamé dans la presse, souvent bien servi par ses coéquipiers, il a l'occasion de faire la différence. Surtout que Sakai, son vis-à-vis est contraint à sortir très rapidement sur blessure et laisse sa place à Zambo Anguissa. Encore un circonstance favorable que PGN…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant