Marseille - Samia Ghali : "J'ai l'impression d'avoir fait campagne contre le FN !"

le
0
Samia Ghali avait réclamé en août 2012 l'intervention de l'armée pour résoudre le problème de violence qui gangrène Marseille.
Samia Ghali avait réclamé en août 2012 l'intervention de l'armée pour résoudre le problème de violence qui gangrène Marseille.

Samia Ghali, veste rouge pétard, haut noir et argenté, jean sur hauts talons compensés, affiche un sourire éclatant. Sous le soleil du Vieux-Port, à Marseille, samedi midi, la candidate à la primaire du PS s'offre une pause avec son équipe. Ils sont une dizaine de Marseillais, qui ont revêtu des tee-shirts "Samia Ghali 2014 - les 13 et 20 octobre 2013, je vote !". Michael, un petit garçon de 10 ans aux yeux vert éclatant, l'interpelle : "Samia, Marine Le Pen; elle veut que les immigrés s'en aillent ?" Rire de la candidate : "Ne t'occupe pas d'elle !" La priorité de Ghali, c'est le premier tour de la primaire du PS, dimanche. Elle est l'outsider de cette campagne. Face à elle, la ministre Marie-Arlette Carlotti, le député Patrick Mennucci, le président de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole Eugène Caselli. Samia Ghali est sénatrice et maire des 15e et 16e arrondissements marseillais, mais qui la connaissait il y a de cela un an ? Elle a explosé sur la scène médiatique en réclamant l'intervention de l'armée à Marseille. "Si elle accède au second tour, on ne pourra plus la réduire à ses déclarations sur l'armée", veut croire Ludovic Girard, son directeur de cabinet à la mairie.

Candidate des cités

La campagne ne fut pourtant pas une partie de plaisir. Il y a d'abord ces accusations de favoritisme dans le cadre de ses activités d'élu, dont elle est la cible. Et puis Samia Ghali est accusée par les autres...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant