Marseille met le réveil

le
0
Marseille met le réveil
Marseille met le réveil

Bien aidé par un Mandanda fantastique et un excellent Lassana Diarra, l'OM glane un nouveau succès à l'extérieur sur la pelouse de Saint-Étienne (0-2).

AS Saint-Étienne 0 – 2 Olympique de Marseille

Buts : Michy Batshuayi (41e) et Georges-Kevin Nkoudou (51e) pour les Phocéens

Ces temps-ci, le sourire de Steve Mandanda est rare mais toujours semi-communicatif. Il fait glousser ses coéquipiers et vomir ses adversaires. Monnet-Paquet, Pajot, Hamouma, tous ont essayé de tromper le portier de l'Olympique de Marseille. Tous sont repartis bredouilles. Et si KMP a vu le poteau se mettre en travers de sa route, ses deux coéquipiers ont juste été écœurés par un portier en état de grâce. Et comme le football est souvent une affaire de dynamique, de l'autre côté du terrain, ça file vite. D'abord chanceux, ensuite sereins, tantôt grâce à Nkoudou, surtout grâce à Diarra, l'OM décroche un nouveau succès à l'extérieur. Et tant pis si Michy Batshuayi, auteur de l'ouverture du score, n'a que peu goûté à sa prestation.

Marseille commence tranquille


Il est vrai que l'OM entame le match timidement. Si les Marseillais monopolisent le ballon dans les premières minutes de jeu, ils n'en font pas grand-chose. Et lorsqu'ils parviennent à se mettre en position, Ocampos lâche une frappe de vierge effarouchée (2e). Les Stéphanois, quant à eux, décident de se positionner très haut sur le terrain. Du coup, dès qu'il récupèrent le ballon et qu'ils arrivent à s'immiscer dans les trente derniers mètres, les situations sont chaudes. Malheureusement, elles sont mal exploitées, notamment à cause des mauvais choix de Vincent Pajot dans la dernière passe.

Les deux hommes forts du milieu de terrain marseillais, Lassana Diarra et Rémy Cabella, décident alors de sonner la charge. Le premier, en enchaînant les duels gagnés et envoyant une praline du pied gauche sur la barre transversale (16e). Le deuxième, en multipliant les percées en plein cœur du trident Pajot-Cohade-Esseyric. Les Stéphanois reculent alors et opèrent en contre, avec plus de mordant. Kévin Monnet-Paquet touche d'abord la barre avant que Mandanda ne sorte un arrêt de l'espace face à une tête de Pajot. Quelques minutes plus tard, Michy crucifie les Stéphanois juste avant la pause, en profitant d'un gros débordement de Dja Djédjé, et d'une frappe…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant