Marseille : manif contre le rejet de métaux lourds en Méditerranée

le
0
Marseille : manif contre le rejet de métaux lourds en Méditerranée
Marseille : manif contre le rejet de métaux lourds en Méditerranée

Environ un millier de personnes se sont rassemblées ce samedi devant la préfecture des Bouches-du-Rhône à Marseille pour dénoncer «le scandale des boues rouges» déversées dans la Méditerranée par l'industriel Altéo. La société a été autorisée par l'Etat à poursuivre des rejets d'effluents dans les eaux du Parc national des Calanques.

Altéo, après 50 ans de rejets de «boues rouges» polluantes en mer, a obtenu fin novembre une nouvelle autorisation préfectorale. Elle a modifié ses procédés et rejette un liquide filtré que les opposants continuent cependant de considérer comme polluant.

«Cette folie furieuse, ça fait 60 ans que ça dure (...) On se fiche des Marseillais, des pêcheurs et de tous ceux qui vivent de la mer», a déclaré l'eurodéputé EELV José Bové, présent au rassemblement. «On a interpellé la ministre de l'Environnement (Ségolène Royal) : j'espère qu'on aura une annonce claire pour faire cesser ce scandale» des rejets d'arsenic et de métaux lourds en mer, a-t-il ajouté.

Colère rouge à Marseille contre les rejets toxiques de l'usine Alteo de Gardanne. Marseille et le littoral mobilisés pic.twitter.com/mWq8TiAang— José Bové (@josebove) 30 Janvier 2016

#boues rouges ni sur terre, ni en mer, on peut gagner ce combat ! pic.twitter.com/AZwKPufnxT— José Bové (@josebove) 30 Janvier 2016

Ségolène Royal avait désapprouvé la décision d'autoriser de nouveau le rejet d'effluents, qui a selon elle été prise par le préfet sur «ordre» direct du Premier ministre Manuel Valls. Les défenseurs de l'environnement estiment que «le chantage à l'emploi» — l'usine de Gardanne emploie 400 salariés et 300 sous-traitants — a conduit le Premier ministre à ignorer la position de la ministre de l'Environnement.

Plus de 100 000 signatures en ligne

Les opposants aux rejets d'Altéo, écologistes, pêcheurs et riverains des calanques dénoncent, nombreuses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant