Marseille légende d'automne... Lyon n'a plus de tabou....

le
0
Marseille légende d'automne... Lyon n'a plus de tabou....
Marseille légende d'automne... Lyon n'a plus de tabou....

Si le titre de champion d'automne de l'OM est de l'ordre de l'anecdotique, la troisième place du PSG l'est moins surtout après le nul déprimant face à Montpellier. Et entre les deux, il y a des Lyonnais plus euphoriques que jamais.

Marseille vire en tête, Lyon frappe les esprits
Le titre de champion d'automne, Marcelo Bielsa s'en fout comme de sa première glacière. Alors quand on lui demande s'il est heureux de ce trophée virtuel et honorifique cher aux médias français, l'Argentin préfère analyser le contenu de la victoire de son équipe face à Lille. "Une équipe a toujours des choses à corriger, on n'a jamais fini de la perfectionner, et ces modifications ou corrections changent de manière cyclique." En cinq mois, Bielsa a réussi une révolution quasiment sans précédent dans l'histoire récente du championnat de France. Son OM devance de deux points à la mi-temps de la saison le Lyon de Hubert Fournier. Il n'a pas de surnom, ne revoit les matchs au McDo sur son portable et préfère le costard au jogging, mais ce dernier réalise un petit miracle avec l'OL. Dans l'euphorie de la "manita" infligée à Bordeaux, le technicien a même laissé entendre "que le titre n'était pas tabou". Et pourquoi pas ? Lyon va récupérer Grenier, Gourcuff arrivera peut-être à enchaîner quelques matchs sans passer par la case infirmerie, Lacazette marche sur l'eau, sa défense a retrouvé des certitudes et Jean-Michel Aulas n'a annoncé aucun départ au mercato. Alors oui, pourquoi ne pas " rêver plus grand " ?

>> Le résumé de Bordeaux - Lyon
Vous avez regardé PSG-Montpellier et vous n'auriez pas dû :
Habitué à un menu unique à base de caviar, foie gras et tournedos rossini, le public du Parc n'a même pas eu droit à quelques crevettes décongelées samedi contre Montpellier pour son dernier festin avant les fêtes. Pour la première fois depuis 35 matchs, le PSG n'a pas marqué devant son public. Cela peut arriver. Le problème, c'est que les Parisiens n'ont pas donné l'impression de s'en donner les moyens (une seule frappe cadrée en première mi-temps). Sans envie, ni mouvement, le PSG a joué sa main. Cela suffisait souvent pour faire la blague, plus maintenant. Laurent Blanc aurait pu se fâcher face à ce manque d'envie, il a préféré évoquer des " batteries à recharger" et a donné rendez-vous en 2015. En attendant, le PSG passera les fêtes sur la troisième marche du podium. Et ça, ce n'était pas vraiment indiqué sur le menu.








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant