Marseille : le fantôme des municipales revient hanter la gauche

le
2
Marseille : le fantôme des municipales revient hanter la gauche
Marseille : le fantôme des municipales revient hanter la gauche

Après sa cinglante déconvenue aux municipales, la gauche marseillaise retrouve de quoi se voler une fois de plus dans les plumes. Le fantôme d'une désagrégation du PS dans la cité phocéenne resurgit à cause d'une mauvaise version des comptes de campagne rendue à l'organe chargé de les vérifier et de les rembourser. Les huit têtes de liste PS-EELV en mars dernier ont reçu ou vont recevoir un courrier recommandé du rapporteur de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Henry Renaud leur explique qu'il va proposer à la commission de rejeter leurs documents.

Le 10 juin dernier, avec l'agrément de l'expert-comptable habituel du PS local, les huit candidats ont envoyé des comptes rectificatifs à la commission. Or aucune modification n'est acceptée hors délai. Le rapporteur a tenu compte des éléments déposés le 30 mai, date limite de dépôt, dans lesquels figurent des doublons et des erreurs d'imputation. Mais qui engagent tout de même la responsabilité des candidats.

Dès lors, si la CNCCFP suit son rapporteur, l'Etat ne remboursera pas la moitié des frais engagés dans la campagne par le PS pour ses sept têtes de liste et Europe Ecologie-les Verts pour la huitième, soit un manque d'environ 500 000 euros. Et le tribunal administratif, automatiquement saisi en cas d'invalidation des comptes, peut également condamner Patrick Mennucci, Eugène Caselli, Marie-Arlette Carlotti ou Samia Ghali à rendre leurs mandats au conseil municipal et à la communauté urbaine de Marseille.

Même si la décision ne devrait pas intervenir avant le mois de novembre, ni concerner d'autres mandats, la nouvelle tombe très mal à un tout petit peu plus de quinze jours d'un scrutin qui promet de tancer une fois de plus le gouvernement. La sénatrice Samia Ghali, seule socialiste à avoir pu conserver sa mairie de secteur et visée par ce risque d'invalidation, est candidate à sa réélection au Sénat. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mercredi 10 sept 2014 à 18:38

    ils ont tapé sur Sarko; le boomerang reviens

  • M5441845 le mercredi 10 sept 2014 à 18:27

    "Les emm..des, ça vole toujours en escadrille". Quand ça commence a aller mal au PS, ça craque de partout, même scénario qu'en 1993...