Marseille : la scolarisation dès 2 ans contre la délinquance

le
4
Jean-Marc Ayrault va s'entretenir lundi avec le maire de Marseille sur la hausse du taux de scolarisation des enfants de moins de trois ans dans les quartiers difficiles.

Le sauvetage et le salut de Marseille passe par des mesures éducatives. À l'issue du comité interministériel du 6 septembre, le premier ministre a annoncé que le taux de scolarisation des enfants de moins de trois ans devrait passer de 15 % actuellement à 30 % d'ici cinq ans. À ce jour, 656 élèves de moins de trois ans sont scolarisés à Marseille, sur un effectif total de 72.000 dans les écoles primaires.

«Pour atteindre cet objectif, il faudra ouvrir annuellement 40 classes», explique Danièle Casanova, en charge de l'éducation à la mairie de Marseille. Ce ne sera pas chose facile car les quartiers marseillais défavorisés sont plutôt situés dans le centre-ville, où les possibilités d'extension de locaux et de construction sont quasi nulles. Le sujet fera ce lundi à 9h30 l'objet d'un dialogue entre le premier ministre et le maire de Marseille.

On l'aura compris, le financement et les moyens alloués devront être à la mesure des promesses, à l'heure où le dép

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • markito le lundi 10 sept 2012 à 09:35

    je vois pas le rapport entre un bébé de 2 ans et la délinquance... ahh oui il faut laisser le temps aux jeunes parents de dealer tranquillement sans enfant ! encore une grande idée donc.

  • M1531771 le lundi 10 sept 2012 à 09:09

    Arrêtons déja de faire venir des gens qui n'ont rien a faire dans ce pays et qui n e nous apporte rien...et occupons nous correctement de ceux qui sont deja la....! Ce sera deja pas mal...!

  • M1084720 le lundi 10 sept 2012 à 09:06

    Eduquez, éduquez...à deux ans, la lutte contre la drogue commence, de qui se nmoque-t-on? Et le même Président va inaugurer les salles de "shoot"...

  • a.lauver le lundi 10 sept 2012 à 08:59

    L'etat providence veut se substituer aux parents...