Marseille : la méthode du préfet Gardère à l'épreuve

le
0
Après les récentes fusillades, Nicolas Sarkozy vient jeudi soutenir la police.

Marseille cédera-t-elle à la loi des kalachnikovs ? À l'heure où les armes de guerre crépitent dans la Cité phocéenne, avec trois fusillades en l'espace de quatre jours la semaine dernière, le préfet de police Alain Gardère, dépêché sur place depuis août, sait que l'Élysée a les yeux braqués sur sa ville. À l'occasion de sa venue aujourd'hui au Congrès du parti populaire européen (PPE), près du Stade-Vélodrome, Nicolas Sarkozy veut, en tout cas, renouveler son soutien aux policiers locaux, dont l'un a été grièvement blessé par un tir de fusil d'assaut, à Vitrolles, le 28 novembre. Le président de la République devrait donc se rendre à l'«Évêché», l'hôtel de police local, pour y encourager les méthodes de son préfet. Car les forces de l'ordre à Marseille sont engagées dans un dur combat pour endiguer la violence.

Mardi matin, dans les quartiers Nord, au chant du coq, des dizaines de véhicules bondés de policiers investissaient ainsi la cité d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant