Marseille/Guingamp 2004 : la drôle de vengeance d'Anigo...

le
0
Marseille/Guingamp 2004 : la drôle de vengeance d'Anigo...
Marseille/Guingamp 2004 : la drôle de vengeance d'Anigo...

Le match de ce dimanche soir entre Marseille et Guingamp en évoque un autre entre les deux mêmes protagonistes disputé à la fin de la saison 2003/2004. Défaits ce soir-là lors de l'ultime journée, les Bretons pleuraient leur descente en Ligue 2, tandis qu'au micro de Canal +, l'entraîneur olympien José Anigo savourait sa présumée vengeance. Ambiance…

"C'est un retour à l'envoyeur. En 1993, à Munich, j'étais supporter de l'OM. Un an après la finale, on nous a rétrogradés en D2. Et la personne qui nous a rétrogradés, c'était le président de Guingamp. Je suis désolé pour l'entraîneur et les joueurs de Guingamp, qui méritaient de se sauver. Mais pas pour le président, qui n'a pas tenu compte un jour que l'OM était un grand club. Et le grand club que nous sommes a expédié le sien en D2." Nous sommes le dimanche 23 mai 2004, soir de grand-messe du football français avec le fameux multiplex de la dernière journée de la saison. Pendant 90 minutes, la soirée a été rythmée par les buts annoncés par la petite sonnerie faisant basculer les directs d'un stade à un autre.

Il est dans les environs de 22h, la saison vient de livrer ses ultimes verdicts et, parmi eux, les noms des formations reléguées en Ligue 2. Montpellier, condamné depuis longtemps déjà, est accompagné à l'étage en dessous par Le Mans, qui n'avait que peu de chances de se maintenir, et par Guingamp, plombé par sa défaite du soir au Vélodrome. Pendant que les Bretons accusent le coup, sonnés et prostrés sur la pelouse, l'entraîneur José Anigo est amené à donner sa première réaction d'après-match en direct. Elle est cinglante, violente, déplacée, pour ne pas dire indigne. Selon ses dires, il tiendrait sa revanche contre le club de l'homme responsable selon lui des déboires de l'OM dix ans plus tôt. Mais de quoi parle-t-il exactement ?

10 ans plus tôt, l'OM relégué administrativement


Anigo évoque en fait l'époque où les Marseillais, bien que dauphins du PSG à l'issue de la saison 1993/1994, avaient été administrativement relégués en D2. Une mise à l'ombre forcée, conséquence de la grosse affaire VA-OM qui secoue alors le football français. Le champion d'Europe 1993 est au cœur de la polémique depuis que des joueurs de Valenciennes ont déclaré avoir été invités par des émissaires de l'OM à lever le pied en échange d'une somme d'argent. Le 10 février 1994, Bernard Tapie est mis en examen pour corruption et subordination de témoins. Sans son puissant président, l'OM vacille et se trouve cette fois sous le coup d'une sanction de la justice sportive. Alors que la FFF s'est dotée quelques mois plus tôt d'un nouveau président en la personne de Claude Simonet, la Ligue…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant