Marseille fait le coup de la panne à Monaco.

le
0
Marseille fait le coup de la panne à Monaco.
Marseille fait le coup de la panne à Monaco.

Le scalp de l'OM pour terminer une belle semaine monégasque. Sûrs de leurs forces ce dimanche soir, les hommes du Rocher s'offrent de tristes Marseillais et un succès de prestige (1-0) en clôture de la 18e journée de Ligue 1. Les Phocéens, qui pouvaient mettre le PSG à quatre points après la déconvenue parisienne de l'après-midi à Guingamp, sont passés au travers comme rarement.
Monaco - OM
(1-0)

Bernardo Silva (66') pour Monaco


Alors que les stagiaires de 3e commencent à peupler les entreprises françaises, faisant ainsi office de bruyant décompte jusqu'à Noël, Bilal Boutobba, lui, a touché le gros lot. À tout juste 16 piges, le gamin né après la Coupe du monde 1998 enfile son maillot beaucoup trop grand pour lui et court tel un chien fou vers le côté droit. Il reste à peine dix minutes à jouer dans cet étrange Monaco - Marseille, et Marcelo Bielsa vient d'offrir un sacré kiff à un gosse devenu le plus jeune joueur de l'histoire de l'OM à avoir foulé une pelouse de Ligue 1. Un vent de fraîcheur, mais un record anecdotique dans la cité phocéenne, puisque l'entrée du gaucher a été plus symbolique qu'autre chose. Complètement à la ramasse offensivement, où Payet est encore passé à côté lors d'un "gros" match, pas plus à l'aise derrière, où les latéraux ainsi que Nkoulou n'ont pas rassuré, des Marseillais sans idée s'inclinent logiquement sur le Rocher face à des Monégasques qui savent faire déjouer à défaut de bien jouer.
90 ans, mais une seule occasion monégasque
Lilian Thuram, Sonny Anderson, Édouard Cissé, Ludo Giuly, Fabien Barthez, Manu Amoros et bien d'autres. Pour fêter ses 90 ans, l'AS Monaco a mis les petits plats dans les grands et les légendes du club à contribution. Tour d'honneur des anciens joueurs, speaker en feu, pluie de confettis et mine d'Anthony Martial qui s'écrase sur la barre transversale, les Monégasques mettent une grosse pression dès les premières minutes de la rencontre. Le temps que le moteur diesel de Florian Thauvin se mette à température. L'ancien Bastiais sert deux galettes coup sur coup sur les crânes de Gignac, puis Lémina – deux têtes qui frôlent le cadre –, puis cale. Comme le reste de son équipe. Les Marseillais sont dominateurs, maîtres du jeu, mais étonnamment lents. Et maladroits à l'image de Rod Fanni, seul au point de penalty, dans le concours de la meilleure tête manquée de la saison. Sur l'action précédente, Brice Dja Djédjé avait, lui,...








Monaco - OM
(1-0)

Bernardo Silva (66') pour Monaco


Alors que les stagiaires de 3e commencent à peupler les entreprises françaises, faisant ainsi office de bruyant décompte jusqu'à Noël, Bilal Boutobba, lui, a touché le gros lot. À tout juste 16 piges, le gamin né après la Coupe du monde 1998 enfile son maillot beaucoup trop grand pour lui et court tel un chien fou vers le côté droit. Il reste à peine dix minutes à jouer dans cet étrange Monaco - Marseille, et Marcelo Bielsa vient d'offrir un sacré kiff à un gosse devenu le plus jeune joueur de l'histoire de l'OM à avoir foulé une pelouse de Ligue 1. Un vent de fraîcheur, mais un record anecdotique dans la cité phocéenne, puisque l'entrée du gaucher a été plus symbolique qu'autre chose. Complètement à la ramasse offensivement, où Payet est encore passé à côté lors d'un "gros" match, pas plus à l'aise derrière, où les latéraux ainsi que Nkoulou n'ont pas rassuré, des Marseillais sans idée s'inclinent logiquement sur le Rocher face à des Monégasques qui savent faire déjouer à défaut de bien jouer.
90 ans, mais une seule occasion monégasque
Lilian Thuram, Sonny Anderson, Édouard Cissé, Ludo Giuly, Fabien Barthez, Manu Amoros et bien d'autres. Pour fêter ses 90 ans, l'AS Monaco a mis les petits plats dans les grands et les légendes du club à contribution. Tour d'honneur des anciens joueurs, speaker en feu, pluie de confettis et mine d'Anthony Martial qui s'écrase sur la barre transversale, les Monégasques mettent une grosse pression dès les premières minutes de la rencontre. Le temps que le moteur diesel de Florian Thauvin se mette à température. L'ancien Bastiais sert deux galettes coup sur coup sur les crânes de Gignac, puis Lémina – deux têtes qui frôlent le cadre –, puis cale. Comme le reste de son équipe. Les Marseillais sont dominateurs, maîtres du jeu, mais étonnamment lents. Et maladroits à l'image de Rod Fanni, seul au point de penalty, dans le concours de la meilleure tête manquée de la saison. Sur l'action précédente, Brice Dja Djédjé avait, lui,...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant