Marseille : Diouf tacle Labrune et Boli

le
0

Souvent critique sur la gestion de l'OM de la part de Vincent Labrune, son successeur à la tête du club olympien, Pape Diouf, n'a pas dérogé à la règle mardi dans un entretien accordé à La Provence.

« L'OM souffre d'abord et avant tout d'une vraie mal gouvernance ». Interrogé mardi sur la crise à l’OM, Pape Diouf n’a pas attendu plus loin que sa troisième phrase prononcée pour attaquer Vincent Labrune. Un président marseillais en grande difficulté après la déculottée reçue vendredi par Marseille au Vélodrome face à Rennes (2-5, 31eme journée de L1). S’il se défend de mener une fronde en interne contre lui (« Cela ferait sourire si ce n'était pas aussi minable comme argument. J'ai autre chose à faire »), Diouf établit un bilan très négatif de la présidence de son successeur : « Il est désastreux. Peu importe que je sois sans doute, pour certains, juge et partie, mais il faut employer les mots. "On n'a plus d'argent", nous dit-on. Mais par incompétence, on laisse partir libres les seuls joueurs qui ont quelque valeur marchande. Comprenne qui pourra ! Mais "on n'a plus d'argent" par rapport à qui ? Au Paris SG ? Je suis d'accord. Mais par rapport aux dix-huit autres équipes du championnat, l'OM a un potentiel qu'aucun club ne possède, y compris Lyon ou Monaco. Même un esprit simplet peut penser que l’OM a un peu plus d'argent que Nice, Caen, Angers et tous ces clubs-là qui sont aujourd'hui devant lui. C'est un argument misérable. »

Diouf demande le départ de Labrune

Pape Diouf se souvient, qu’à son époque (2005-2009), les caisses olympiennes n’étaient pas forcément plus remplies… « Avec Julien Fournier et José Anigo, nous avons initié autre chose en matière de recrutement, en axant nos efforts sur la post-formation, estime l’ancien journaliste. C'est ainsi que nous avions engagé des garçons comme Mandanda, Valbuena, Taiwo ou Kaboré. On essayait de prendre des joueurs qui ne nous revenaient pas très cher mais qui ont été très bons, comme Cheyrou ou Niang. Nous avions recruté Ribéry pour 0 €. » Et c'est notamment pour cette raison que l’ancien président demande tout simplement le départ de Labrune : « Oui, c’est mon sentiment. Je l'ai dit, son échec est patent. Il faut qu'il laisse la place, que d'autres amènent de nouvelles idées et essaient de faire autre chose pour redonner à ce club-là son lustre d'antan. » Et s'il n'est pas formellement contre un éventuel retour mais que « si le club tombait trop bas », Diouf en a profité pour glisser un petit tacle en direction de Basile Boli, l’ambassadeur du club depuis quelques mois : « Le sarko-socialo-auxerrois ? Ses tours de passe-passe ne font même plus illusion… » 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant