Marseille: dans les quartiers nord, des jeunes sont formés à l'informatique

le
0
Marseille: dans les quartiers nord, des jeunes sont formés à l'informatique
Marseille: dans les quartiers nord, des jeunes sont formés à l'informatique

Au terminus nord du métro marseillais, dans un laboratoire équipé d'imprimantes 3D et de fers à souder, vingt-quatre jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville viennent de se lancer dans une formation intensive au code informatique."Depuis mon tout jeune âge, l'informatique c'est ma passion", lâche d'une voix douce, Salim, "chaud à 2.000%" pour s'investir dans le programme, dont les participants ont 24 ans en moyenne.Cette formation s'ouvre cette semaine à l?École Centrale de Marseille, en partenariat avec la start-up sociale de Montreuil (Seine-Saint-Denis) Simplon.co, alors que vendredi se tient à Matignon un Comité interministériel sur l'égalité et la citoyenneté, comportant un volet numérique."Parfois, j'ai des petites idées de projet qui me passent par la tête (et) j'aimerais bien me lancer moi-même, aller vers les entrepreneurs", explique le jeune homme, tempes rasées et mèche de footballeur, lors de son entretien de motivation, auquel l'AFP a pu assister.Mais les diplômes tunisiens de Salim, "pas reconnus ici" et des notes jugées insuffisantes en mathématiques, lui ont fermé les portes d'une licence en informatique. Avec un score de "17 badges" aux épreuves de présélection en ligne -- les 46 candidats initiaux devaient suivre, sans pré-requis, les tutoriaux des sites de formation en ligne Code School et Codecademy -- le jeune homme est pourtant dans "le haut du panier", note Erwan Kezzar, co-fondateur de Simplon.co, qui conduit l'entretien. - 'Une page Facebook avec 400.000 fans!' - "Et tu as une page Facebook avec 400.000 fans!", s'exclame l'expert en innovation numérique qui pianote sur son ordinateur portable: "comment s'appelle-t-elle ?""La page qui n'a pas de nom", répond calmement Salim. "Bien joué!", dit Erwan, interloqué: "c'est venu comme ça ou tu as fait un travail pour aller chercher des gens, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant