Marseille : Baup fustige le manque de réalisme

le
0
Marseille : Baup fustige le manque de réalisme
Marseille : Baup fustige le manque de réalisme

Lors d'un entraînement sous forme de match amical face au voisin Istres (L2), qui s'est terminé sur un match nul (1-1, but de Jérôme Leroy pour Istres et de Saber Khalifa pour l'OM), Elie Baup a profité de l'occasion pour faire tourner son effectif, offrir du temps de jeu à des joueurs peu utilisés depuis le début de la saison et voir à l'?uvre deux des dernières recrues, Florian Thauvin et Saber Khalifa. « On avait besoin de faire jouer des joueurs qui ne jouent pas beaucoup, de voir des jeunes et d'intégrer progressivement ceux qui viennent d'arriver. Ce sont les enseignements que je peux tirer d'un match d'entraînement », analyse l'entraîneur marseillais sur le site officiel. Mais Elie Baup n'avait pas le sourire après cette opposition. Inquiet, il se demande comment son équipe n'a pu marquer qu'un seul but en se créant un nombre aussi impressionnant d'occasions. Et cela ne le fait plus du tout rire. Au point de ne même pas s'attarder sur le premier but de Khalifa sous ses nouvelles couleurs ou encore sur la première sortie de Thauvin.

Un mal récurrent

« On a encore une fois un nombre incroyable d'occasions mais on ne marque pas. C'est un peu un mal récurrent. Il faut arriver à marquer car on a beaucoup, beaucoup d'occasions. Le jeu à risques que l'on a, c'est une idée de jeu puisqu'elle est à la fois transmise dans les matchs officiels, dans le travail à l'entraînement et même dans une opposition comme aujourd'hui (jeudi). Il faut concrétiser par des buts parce que si on ne marque pas avec autant d'occasions, on est à la merci d'un adversaire qui peut marquer et mener au score. » Si le calme le plus complet baigne dans certains clubs pendant la trêve internationale, ce n'est donc pas le cas à Marseille, où le travail et les exigences sont de rigueur. « Ce n'est jamais le calme, avoue Baup, car il y a eu ce Mercato qui s'est fini il y a 48 heures. A partir de là, des joueurs sont arrivés. Il faut continuer à travailler et à les préparer. Même s'il n'y a pas tout notre effectif, il y a beaucoup de travail pendant cette période. Ce n'est pas du tout calme, c'est pour ça que mettre une situation comme aujourd'hui (jeudi) face à Istres, c'est intéressant car ça fait toucher du doigt tout le travail qu'il y a encore à faire pour être compétitif. » Premier cheval de bataille du moment : le réalisme offensif. Sur les deux derniers matchs, l'OM n'a d'ailleurs marqué que deux fois (1-0 à Valenciennes, 1-2 contre Monaco).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant