Marseille a souffert

le
0

Marseille vit depuis deux jours au rythme de l'Euro, de la bière et des grosses bastons. Et elles ont fait mal. Mal à tout le monde.

À qui la faute ? Aux supporters anglais, un peu trop portés sur la bière ? Aux ultras russes, qui n'ont pas agi beaucoup mieux ? Aux bars qui n'ont pas su limiter la consommation d'alcool ? Au préfet d'avoir minimisé l'ampleur de la menace ? Aux forces de l'ordre qui n'ont pas su prévenir ? Aux quelques Marseillais qui ont parfois jeté de l'huile sur le feu ? Pas facile de donner une réponse et elle mélange certainement un peu de tout ça. Quoi qu'il en soit, le résultat est terrible. Des scènes de violence à l'intérieur du stade, là où des familles pensaient enfin avoir la paix. C'est moche, et il va falloir expliquer comment on en arrivé là.

Des barres de rire aux barres de fer


Pourtant, comme en 1998, et comme depuis deux jours, tout avait bien commencé. Des sourires sur les visages. Des bières tranquilles en terrasse. Des joutes verbales parfois animées. Des chants enflammés. Et puis, vers 16h00, du ciel, des bouteilles de verre et une guerre de gangs sur le cours d'Estienne d'Orves. Les images font peur à voir. À coups de chaises, à coup de barres de fer, à coup de bouteilles de bières, Russes et Anglais se sont affrontés. Visiblement, les Russes ont allumé la première mèche. Jusque-là, ils s'étaient fait discrets, à peine quelques couples, drapeaux sur le dos. Et puis les énervés ont débarqué, ils avaient annoncé la couleur. Dans le Telegraph, un hooligan anglais avait déclaré : " Les Anglais sont trop vieux, gros et bourrés, ils ne seront pas prêts à une bonne baston ".


Les Russes ont attaqué par surprise, un vrai guet-apens, comme le signale un journaliste témoin de l'assaut soudain : "J'ai clairement vu que ce sont les Russes qui sont allés chercher les Anglais, ils sont hyper bien organisés, il y avait une trentaine de hools du Lokomotiv, que des mastards. C'était une vraie embuscade, ils sont allés se payer tout ceux qui portaient un maillot anglais, j'ai déja vu des mecs flippants mais ceux là sont terrifiants." Les CRS ont vu, ils ont agi, mais trop tard. L'épidémie s'est déjà déportée…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant