Mars : Orion va embarquer Iron Man, un fossile de T-Rex et un morceau de Lune

le
0
Mars : Orion va embarquer Iron Man, un fossile de T-Rex et un morceau de Lune
Mars : Orion va embarquer Iron Man, un fossile de T-Rex et un morceau de Lune

Le compte-à-rebours a commencé : jeudi, la capsule Orion de la Nasa effectuera son premier vol d'essai, une étape importante pour l'agence spatiale américaine qui inaugure ainsi les futures missions habitées vers Mars, prévues pour les années 2030.

Avant de se poser avec des humains sur la planète rouge, le vaisseau va promener autour de la Terre une foultitude d'objets. Ils ont été choisis pour leur portée symbolique ou historique par la Nasa et Lockheed Martin, le groupe aérospatial qui a construit le vaisseau.

Parmi les souvenirs embarqués par Orion, des vestiges des missions lunaires, comme un tuyau à oxygène issu d'une mission Apollo et un petit morceau de Lune. Un fossile de Tyrannosaure Rex symbolisera, de son côté, le temps de la vie sur la planète bleue. Orion transportera aussi une micropuce contenant 1,3 million de noms de Terriens de plus de 200 pays, collectés ces derniers mois par la Nasa par le biais d'une campagne de communication.

Plus insolite, une médaille Iron Man, une figurine du Captain Kirk de Star Trek et le cookie de la célèbre marionnette Cookie Monster ont intégré la liste des passagers. Par leur notoriété, ces invités permettent d'associer toutes les générations à l'aventure.

Des médailles, des drapeaux, des pin's, des morceaux de musique, des ½uvres artistiques et des expériences scientifiques, tous liés à la conquête spatiale, complètent l'équipage de ce vol, destiné à tester principalement le bouclier thermique du vaisseau.

Le périple de ces curiosités à bord d'Orion sera de courte durée : 4 heures et 24 minutes à partir du décollage au Cap Canaveral en Floride (prévu jeudi à 13h05, heure de Paris) jusqu'à l'amerrissage dans l'océan Pacifique. Entre temps, ces drôles d'occupants vont connaître une mise en orbite et deux tours de la Terre, à 5.800 km d'altitude, soit quatorze fois la distance entre la Terre et la Station spatiale internationale (ISS). Pas mal, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant