Marquisard !

le
0
Marquisard !
Marquisard !

20 ans, des dents blanches, un talent gros comme la somme déboursée par le PSG pour lui faire prendre le Rome Express en 2013 et une capacité à ne jamais se rater, Marquinhos a ringardisé le poste de défenseur en moins de deux ans. Le tout en étant le troisième choix.

Durant l'été, le fax du PSG – un objet collector – a craché énormément de papier. Manchester United, le FC Barcelone, le Bayern Munich, toutes les grosses bourses européennes ont envoyé leurs propositions chiffrées pour recruter Marcos Aoás Corrêa dit Marquinhos. Certains étaient prêts à mettre entre 40 et 50 millions d'euros sur la table pour arracher le numéro 5 du PSG. À chaque fois, Nasser al-Khelaïfi a pris connaissance des offres. Puis, en silence, le boss a regardé ses conseillers, il a souri avant de hocher la tête de droite à gauche plusieurs fois. Marquinhos, c'est non. Peu importe le prix. Alors quand le Brésilien a été prolongé jusqu'en 2019 il y a un mois, le patron de Paname a sorti son MacBook Air et envoyé son communiqué dans la face des clubs européens : "Marquinhos représente l'avenir du club et le renouvellement de son contrat est un geste fort de son attachement au Paris Saint-Germain. Nous sommes très heureux de pouvoir prolonger notre aventure avec ce jeune joueur très talentueux, ce qui confirme notre politique de conservation de nos meilleurs jeunes. Alors que les plus grands clubs d'Europe suivaient Marquinhos, cette prolongation consolide/renforce de nouveau l'ambition du projet à long terme du Paris Saint-Germain".

Marqui, c'est verrouillé de chez verrouillé. Ou comment, en deux saisons, ce garçon débarqué en Europe à 18 ans est devenu une référence à son poste. Une saison découverte pour se faire une petite réputation à la Roma, une première pour apprendre à Paris et une seconde, toujours en cours, pour mettre les choses au point. À 20 ans, Marquinhos donne déjà l'impression de savoir tout faire. Pas forcément très impressionnant physiquement (1,80m, 79 kilos), l'ancien prodige des Corinthians – surnommé Le Monument en Italie – a surtout séduit par sa faculté à se mettre au niveau de ses potes Thiago Silva et David Luiz. Son registre est différent de ses deux aînés. L'ancien Romain est tout en interception, lecture du jeu et rapidité. Un Thiago Silva mixé à Raphaël Varane. Au moins.
"Des beaux gosses"
Qu'il semble loin le premier match de Ligue des champions du jeune défenseur, au Pirée, où Vladimir Weiss l'enrhume et lui inflige un petit pont sur le but grec. C'était en septembre 2013 et la France découvrait ce joueur de 19 ans acheté une fortune (32 millions + 3 de bonus). À cette époque, Marquinhos avait des bagues, des…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant