Marotta : et si c'était lui, le secret de la Juve ?

le
0
Marotta : et si c'était lui, le secret de la Juve ?
Marotta : et si c'était lui, le secret de la Juve ?

En huit saisons à la Sampdoria, Giuseppe Marotta avait montré toutes ses qualités de dirigeant. À la Juventus depuis 2010, il s'est affirmé comme le meilleur dirigeant de la Botte. Excellent gestionnaire, recruteur averti, "Beppe les bons tuyaux" a une part prépondérante dans le retour de la Vieille Dame en haut de l'affiche.

Si l'Italie est réputée pour sa capacité à sortir des entraîneurs compétents à la pelle, elle n'est pas en reste concernant les dirigeants. Dans la Botte, la figure du directeur sportif, technique, général ou encore de l'administrateur délégué est fondamentale au sein d'un club. Et les meilleurs d'entre eux sont des personnages connus et reconnus, parfois autant que les joueurs et entraîneurs. Italo Allodi pour la Grande Inter des années 60, Luciano Moggi pour le Napoli de Maradona ou encore la Juventus de Lippi, Adriano Galliani pour l'ère Berlusconi au Milan. Des profils de gestionnaires couplés à une grande connaissance du football et un point commun : une carrière de footballeur professionnel inexistante. Giuseppe Marotta pourrait bientôt rejoindre ce gotha.
Un CV en béton armé
Avant d'officier à la Juve, l'actuel directeur général des Bianconeri s'est formé à travers de multiples expériences, dont la première à seulement 21 ans à Varese, le club de sa ville natale. C'est à la fin des années 90 qu'il commence à faire parler de lui avec le Venise de Zamparini qui monte en Serie A. S'ensuivent deux années avec l'Atalanta et des records de points établis, puis surtout la Sampdoria. Des portes de la Serie C1 à la qualification aux barrages de la C1. En huit années passées sur la rive blucherchiata de Gênes, Marotta s'affirme définitivement comme un des meilleurs dirigeants italiens. C'est de façon méritée qu'il obtient une " promotion" à l'été 2010. Andrea Agnelli vient de reprendre les choses en main à la Juventus, il fait appel à lui, à son bras droit Paratici et l'entraîneur Gigi Delneri.

On l'oublie souvent, mais ce nouveau cycle avait démarré par une année désastreuse. Une 7e place, la seconde d'affilée, des flops retentissants comme Miloš Krasić et Jorge Martinez, beaucoup d'argent dépensé, zéro résultat. On peut tout juste parler de bases posées pour la renaissance avec les recrutements de Bonucci, Quagliarella, Barzagli et Matri. Ça ira mieux avec Antonio Conte et surtout Max Allegri. "Surtout", parce que c'est bien Marotta qui opte l'été dernier pour ce choix très impopulaire auprès du peuple bianconero. Un pari gagné, un de plus. Comme le fait de relancer Pirlo, de miser sur Tévez malgré ses nombreuses casseroles, de croire encore en Évra, d'aller chiner Pogba à Manchester United. Et puis des coups de maître, Vidal recruté…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant