Maroc : un institut pour la formation des imams inauguré

le
0
Maroc : un institut pour la formation des imams inauguré
Maroc : un institut pour la formation des imams inauguré

Le roi Mohammed VI a inauguré vendredi à Rabat un institut de formation d'imams marocains et étrangers visant à promouvoir un islam «tolérant», un pilier de la stratégie du Maroc contre «l'extrémisme religieux», en pleine lutte contre le jihadisme.

D'un coût de plus de 20 millions d'euros, l'établissement comprend, sur près de 30 000 mètres carrés, un «pavillon pédagogique» avec des amphithéâtres, des salles de cours et d'informatique, une salle polyvalente, une mosquée et une bibliothèque «dotée d'un fond documentaire riche et varié, selon l'agence de presse marocaine MAP.

Alors que sa capacité d'accueil est d'un millier de places, l'«Institut Mohammed VI de formation des imams» héberge d'ores et déjà, outre 250 Marocains, quelque 450 étrangers: des Guinéens (100), Ivoiriens (75) et Tunisiens (37), mais aussi 23 Français et 212 Maliens.

Un Institut pour veiller à la diffusion des valeurs de tolérance

Un accord en ce sens avait été signé en 2013 lors d'un déplacement du roi à Bamako, et un premier contingent d'imams maliens avaient rejoint dès l'an dernier Rabat pour débuter leur cursus de six années. Cité par la MAP, le ministre marocain des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a estimé que l'institut permettrait de «veiller à la diffusion des valeurs de tolérance, du juste milieu et de modération. «La religion islamique a besoin (...) d'être protégée de ceux qui prétendent détenir le savoir religieux, des extrémistes et des ignorants», a-t-il souligné.

Frappé en mai 2003 par une vague d'attentats à Casablanca, qui avait fait 33 morts, le royaume s'est efforcé d'encadrer le champ religieux, à travers la promotion d'un islam «tolérant», basé sur le rite malékite, le rite officiel de l'islam sunnite au Maroc. De nos jours, Rabat ne masque pas son inquiétude face au fléau jihadiste: avec environ 1 500 ressortissants ayant rejoint les rangs d'organisations telles que le groupe Etat ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant