Maroc: un étudiant décède en prison après une longue grève de la faim

le
0
Maroc: un étudiant décède en prison après une longue grève de la faim
Maroc: un étudiant décède en prison après une longue grève de la faim

Un étudiant d'extrême gauche emprisonné à Fès, dans le centre du Maroc, est décédé ce jeudi à la suite d'une grève de la faim de plus de deux mois, selon un responsable d'une ONG locale. Moustapha Meziani, 31 ans, est mort dans la nuit de mercredi à jeudi à l'hôpital de Fès, après avoir observé une grève de la faim de 72 jours, a affirmé Youssef Raissouni, un responsable de l'Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante).

Meziani avait été arrêté dans le cadre de l'enquête sur les affrontements entre étudiants marxistes et islamistes ayant fait un mort parmi ces derniers en avril 2014 sur un campus de Fès. Hospitalisé depuis le 19 juillet, il avait vu son état de santé se dégrader le 4 août, date à laquelle il avait été «placé en réanimation», a pour sa part précisé la Délégation générale de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR).

«L'administration (...) a fait tout son possible pour le convaincre de cesser sa grève de la faim», a relevé le DGAPR, assurant que le détenu avait ainsi été autorisé à se réinscrire à l'université, afin de poursuivre ses études en prison. 

Dans un communiqué, l'AMDH a estimé que l'Etat, le chef du gouvernement, le ministère de l'Enseignement supérieur et celui de la Santé devaient assumer la responsabilité de ce décès. 

Mustapha Meziani est mort des suites d'une grève de la faim au Maroc, son état de santé s'est fortement dégradé au fil des jours. (DR)

Interpellé après de violents affrontements sur le campus de Dhar El Mehraz

Selon la famille de Meziani, la dépouille a été transportée à Casablanca, la capitale économique, pour y être autopsiée.

D'après la DGAPR, le jeune étudiant faisait l'objet de poursuites pour «participation à un meurtre avec préméditation». Le 24 avril, de violents affrontements au sabre et au couteau avaient éclaté sur le campus de Dhar El Mehraz.

Confronté à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant