Maroc : le principal allié des islamistes quitte le gouvernement

le
0
Maroc : le principal allié des islamistes quitte le gouvernement
Maroc : le principal allié des islamistes quitte le gouvernement

Bientôt un remaniement voire des élections anticipées au sein du gouvernement marocain ? La voie est ouverte, même si le Premier ministre Abdellah Bouanou s'en défend. Pourtant, le parti conservateur et principal allié des islamistes, le conseil national de l'Istiqlal, au pouvoir depuis un an et demi au Maroc, a annoncé samedi son retrait du gouvernement.

L'Istiqlal dénonce l'incapacité du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, chef du Parti islamiste justice et développement (PJD), à prendre «en considération la gravité de la situation économique et sociale», accusant ce dernier de «monopoliser les décisions au sein du gouvernement». Selon le porte-parole de l'Istiqlal, une «note va être transmise au roi Mohammed VI pour expliquer les raisons qui ont poussé notre parti à prendre une telle décision. Il revient maintenant au chef du gouvernement, M. Benkirane, de décider des suites à donner à cette décision», a-t-il ajouté.

De son côté, le patron des députés islamistes, Abdellah Bouanou, cité par l'agence MAP, a confirmé que «toutes les possibilités» étaient inscrites dans la Constitution à la suite de ce départ, «formation d'une nouvelle majorité» ou «législatives anticipées».

Avec 60 sièges sur 395 à la première chambre, l'Istiqlal est la deuxième force politique du royaume après le PJD. Il détient cinq portefeuilles ministériels dont ceux de l'Education et de l'Economie. Et il compte parmi ses dirigeants le président du Parlement, Karim Ghellab. Le chef de ce parti historique de l'indépendance est le maire de Fès (centre), Hamid Chabat, un trublion de la vie politique marocaine. Il a multiplié les sorties médiatiques contre le gouvernement Benkirane depuis son élection à la tête de l'Istiqlal en septembre.

Coalition hétéroclite

Cantonnés dans l'opposition pendant des décennies, les islamistes du PJD ont remporté un succès historique aux législatives de fin 2011. Ne...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant