Maroc : deux Français et un Algérien qui voulaient rallier l'EI arrêtés

le
0
Maroc : deux Français et un Algérien qui voulaient rallier l'EI arrêtés
Maroc : deux Français et un Algérien qui voulaient rallier l'EI arrêtés

Trois hommes, un Français, un Franco-Marocain et un Algérien, qui s'apprêtaient à rejoindre le groupe État islamique (EI) ont été interpellés par les autorités marocaines, a annoncé dans un communiqué le ministère de l'Intérieur, cité lundi par l'agence de presse marocaine MAP.

Un ressortissant français et un Marocain «naturalisé français» ont été arrêtés lundi à Kénitra, au nord du Pays, alors qu'ils «s'affairaient pour rallier les rangs de l'entité terroriste dite +Daesh+ (acronyme arabe de l'EI)», selon la même source. Les deux hommes, désignés uniquement par leurs initiales dans le communiqué, sont «impliqués dans l'activisme» pour le jihad, à travers la «traduction et la diffusion» de communiqués et d'enregistrements vidéo faisant «l'apologie des actes terroristes» de l'EI, d'après MAP.

Un «extrémiste d'origine algérienne» qui séjournait illégalement au Maroc, a également été interpellé lundi à Fès, toujours au nord du pays, alors qu'il «projetait de rejoindre son épouse», une Marocaine ayant déjà rallié l'EI, poursuit l'agence.

Les trois personnes interpellées seront déférées devant la justice dès la fin des enquêtes.

Mi-octobre, un Marocain arrêté avec ses deux filles

Le Maroc a annoncé de multiples opérations contre des «cellules terroristes» au cours des derniers mois. Mi-octobre, un Marocain résidant en France a été arrêté à l'aéroport de Casablanca en compagnie de ses filles âgées de deux et quatre ans, alors qu'il s'apprêtait à embarquer à destination de la Turquie, dans le but de rejoindre l'EI, selon le ministère de l'Intérieur.

Les deux fillettes avaient été récupérées par la famille du père au Maroc, dans l'attente d'un retour sur le sol français auprès de leur mère, de nationalité française. Selon la Dépêche du Midi, leur mère a adressé une lettre au roi Mohammed VI, sollicitant l'«attention bienveillante» du souverain afin ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant