Maroc Classic : Adriana Karembeu fait du rallye

le
0
Ce n'est pas parce qu'elle pose devant une Alpine qu'Adriana Karembeu a délaissé sa Mercedes 190 SL. Elle a été victime d'entrée d'une casse mécanique.
Ce n'est pas parce qu'elle pose devant une Alpine qu'Adriana Karembeu a délaissé sa Mercedes 190 SL. Elle a été victime d'entrée d'une casse mécanique.

Extincteur, gilet jaune et triangle obligatoire, les commissaires techniques sont intraitables sur la sécurité. À Casablanca, avant de s'élancer pour la grande boucle qui fera tutoyer le désert et le Grand Sud marocain, les concurrents ont retrouvé leurs voitures et se sont pliés aux exigences du contrôle technique. Côté pilotes, certains parmi les moins expérimentés découvrent le fonctionnement du trip master, indispensable pour régler au mieux sa course. Parmi les célébrités dans le paddock, on croise, radieuse, Adriana Karembeu qui est engagée à bord d'une Mercedes 190 SL avec Aram Ohanian ou, en rupture de Koh Lanta et d'Auto-Moto, Denis Brogniart sur une Alpine A310 V6. Le lendemain, sur la ligne de départ, l'humeur est joyeuse et les spectateurs peuvent dénombrer douze marques de voitures parmi les plus prestigieuses dont des Alpine Renault, Jaguar, Porsche et Ferrari... Au programme, une étape de 375 km avec deux épreuves de régularité, dont une sur circuit, vont permettre à ces collectionneurs de s'exprimer pleinement.Les concurrents, un peu tendus, s'élancent road book sur les genoux dans la circulation de Casablanca. Pour certains, c'est la première fois qu'ils prennent le départ d'un tel rallye, et l'inquiétude se fait un peu ressentir. L'étape de liaison est courte, environ une heure pour rejoindre la première épreuve de régularité sur circuit. Organisée sur l'aéroport de Ben Slimane, les pilotes doivent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant