Maroc : accusés de s'être embrassés, deux hommes jugés au tribunal

le
0
Maroc : accusés de s'être embrassés, deux hommes jugés au tribunal
Maroc : accusés de s'être embrassés, deux hommes jugés au tribunal

Le procès de deux hommes accusés de s'être embrassés en public s'est poursuivi mardi devant un tribunal de Rabat, au Maroc, où de récentes controverses ont entrouvert un débat sur la pénalisation de l'homosexualité, dans un pays aux moeurs conservatrices. Au terme d'une audience de près de deux heures, le jugement à l'encontre de Lahcen, 38 ans, et Mohsine, 25 ans, a été mis en délibéré au vendredi 19 juin. Les deux prévenus risquent trois ans de prison, selon l'article 489 du code pénal, peine dont ont écopé en mai trois hommes arrêtés dans le nord-est du royaume.

Si des condamnations pour des «actes homosexuels» sont ainsi périodiquement rapportées par la presse marocaine, le débat autour de la pénalisation de l'homosexualité s'est emballé au début du mois. Le 4 juin, dans le cadre du festival musical Mawazine, à Rabat, un artiste du groupe britannique Placebo s'est présenté sur scène, devant plusieurs dizaines de milliers de spectateurs, avec une guitare aux couleurs arc-en-ciel, puis le chiffre «489» barré sur son torse.

Quelques heures plus tôt, dans une action non concertée, deux militantes françaises des Femen avaient posé seins nus et s'étaient embrassées devant un des principaux monuments de la capitale. Dans ce dernier cas, la réaction des autorités marocaines a été vive: les deux Françaises ont été expulsées, le ministère de l'Intérieur dénonçant «une offense inacceptable pour l'ensemble de la société». Le lendemain, quelque 1.500 personnes ont manifesté devant l'ambassade de France, arborant des pancartes «Pas de ça chez nous». De nombreux médias ont aussi dénoncé une provocation des Femen, en rappelant que l'islam est religion d'Etat au Maroc.

La polémique ne s'est toutefois pas arrêtée là. Le jour même de la manifestation anti-Femen, deux Marocains, accusés de s'être embrassés sur le même site que les Françaises, ont à leur tour été arrêtés. L'identité et les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant