Maroc : 500 clandestins prennent d'assaut la frontière espagnole

le
0
Maroc : 500 clandestins prennent d'assaut la frontière espagnole
Maroc : 500 clandestins prennent d'assaut la frontière espagnole

C'est un passage en force. Plus de 500 clandestins ont franchi la frontière séparant le Maroc et l'enclave espagnole de Melilla. Ce franchissement, qualifié de «violent» par le préfet de la ville, Abdelmalik El Barkani, a été lancé mardi matin par environ un millier de clandestins à la triple frontière grillagée qui sépare le Maroc de Melilla. Cinq policiers marocains ont été blessés, ainsi que 28 clandestins, qui ont été hospitalisés pour des plaies provoquées par les barbelés. 

Au total, 102 migrants ont été interpellés, tandis qu'une précédente tentative au cours de la nuit avait déjà entraîné l'arrestation de 150 personnes, selon le ministère. Auparavant, la préfecture de Melilla avait fait état d'une tentative de franchissement menée par un groupe «très nombreux» de migrants. Les médias espagnols ont parlé de centaines de personnes, soit l'une des plus importantes de ces dernières années.

Forte pression migratoire

L'enclave de Melilla est soumise depuis le début de l'année à une forte pression migratoire, de la part essentiellement de clandestins venus d'Afrique subsaharienne via le Maroc. Melilla tout comme l'autre enclave espagnole de Ceuta, également sur la côte marocaine, constituent les deux seules frontières terrestres entre l'Afrique et l'Europe, plaçant l'Espagne parmi les pays les plus touchés par l'immigration clandestine.

Le 6 février dernier, une tentative d'entrée à Ceuta avait tourné au drame lorsque 15 migrants étaient morts noyés. Le gouvernement espagnol avait alors été vivement critiqué pour la riposte de ses forces de l'ordre, accusées d'avoir fait usage de balles en caoutchouc contre les migrants nageant le long de la côte.

Depuis, la Garde civile a reçu pour consigne de ne plus utiliser de balles en caoutchouc pour repousser les assauts dans les deux enclaves. A l'automne, le gouvernement espagnol avait fait l'objet de critiques pour avoir réinstallé de hauts ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant