Marks & Spencer montre des signes d'amélioration

le
0
SIGNES D'AMÉLIORATION POUR MARKS & SPENCER
SIGNES D'AMÉLIORATION POUR MARKS & SPENCER

LONDRES (Reuters) - Le plan de redressement du groupe de distribution britannique Marks & Spencer pourrait finalement porter ses fruits, comme le montre le ralentissement de la baisse des ventes de sa branche non-alimentaire au quatrième trimestre de son exercice.

Malgré cette amélioration, M&S a annoncé que la marge brute de ses activités britanniques pour l'ensemble de l'exercice serait en baisse de 20 points de base en raison des campagnes massives de promotion que le groupe a dû déployer.

Le groupe a vu ses ventes de vêtements dans les magasins ouverts depuis plus d'un an baisser de 0,6% sur les 13 semaines au 29 mars, son quatrième trimestre fiscal, un rythme situé en haut de la fourchette attendue par des analystes financiers (-0,5% à -1,5%). Ce recul est moins net que celui du troisième trimestre (-2,1%) et du quatrième trimestre 2013 (-3,8%).

M&S a précisé que ses ventes de vêtements, toujours à magasins comparables, avaient augmenté de 0,6%.

Vers 0915h GMT, le titre cède 1,14% en Bourse de Londres, après avoir débuté la séance en nette progression suite aux chiffres de ventes.

"Même si on ne peut pas parler de performance éblouissante (...) c'est le premier chiffre positif (de ventes de vêtements) depuis près de trois ans et pourrait être un signe que l'équipe de direction progresse dans sa stratégie de repositionnement de son offre", selon les analystes de Morgan Stanley .

Ses ventes alimentaires, qui représentent 50% de son chiffre d'affaires mais moins en termes de résultats, ont mieux performé, malgré un ralentissement là aussi de la croissance. Elles ont augmenté de 0,1% à magasins comparables alors que les attentes des analystes allaient de stable à +0,5%

La performance de M&S a été freinée par le fait que Pâques n'est pas tombé pendant le quatrième trimestre de l'exercice cette année, comme c'était le cas l'an dernier, précise le groupe.

Après ajustement pour prendre en compte cet élément, les ventes alimentaires à périmètre comparable sont en hausse de 1,8%.

Le groupe s'est dit prudent pour ses perspectives, tout en ajoutant que la marge brute annuelle dans l'alimentaire devrait être légèrement supérieure à ce qui était prévu jusqu'ici.

(James Davey, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant