Mark Zuckerberg s'est offert 4 maisons à 30 millions pour les raser

le
3

Pour le patron de Facebook, la tranquillité n’a pas de prix. Si sa maison ne lui a coûté «que» 7 millions de dollars, il a payé 4 fois plus pour racheter celles de 4 voisins afin de les démolir.

Lorsque Mark Zuckerberg s’est offert une maison à 7 millions de dollars à Palo Alto (Californie) en 2011, le patron de Facebook apparaissait comme une immense fortune avec des goûts plutôt simples. Il faut croire qu’il s’est un peu embourgeoisé depuis. Celui dont la fortune est estimée à 50 milliards de dollars par le magazine Forbes, n’a pas tardé à racheter les propriétés de ses voisins de peur de voir émerger de nouveaux projets de construction.

Dès 2012, le San Francisco Chronicle estimait qu’il avait déboursé 30 millions de dollars pour acquérir 4 propriétés mitoyennes. Il aurait même payé 14 millions pour l’une d’elles qui n’avait pourtant été évaluée qu’à 3,71 millions dans un premier temps.

Réduire l’empreinte carbone

Cette fois-ci, c’est le magazine San Jose Mercury News qui révèle les projets de Mark Zuckerberg pour ces acquisitions. Il envisagerait tout simplement de les raser pour les remplacer par trois bâtiments de plain-pied et une construction sur deux niveaux. Un courrier dans ce sens a été distribué au voisinage pour préciser que les démarches officielles viennent d’être lancées. Une opération qui permettrait de réduire l’empreinte carbone de cet ensemble immobilier de 20% croit savoir le média américain.

En revanche, rien n’a filtré sur ce qu’il adviendra de ces nouvelles constructions. La location semble peu probable, reste la revente et plus vraisemblablement l’utilisation personnelle. Il est vrai que depuis la naissance de leur fille Maxima, Mark et Priscilla ont une personne de plus à héberger dans les 465 m² de leur propriété d’origine.

La propriété de Mark Zuckerberg

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.