Marisol Touraine réservée sur "l'amendement Nutella"

le
5
MARISOL TOURAINE RÉSERVÉE SUR L'AUGMENTATION DE LA TAXE SUR L'HUILE DE PALME
MARISOL TOURAINE RÉSERVÉE SUR L'AUGMENTATION DE LA TAXE SUR L'HUILE DE PALME

PARIS (Reuters) - La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a exprimé jeudi des réserves à propos de l'amendement adopté en commission des Affaires sociales du Sénat multipliant par quatre la taxe sur l'huile de palme pour des raisons de santé publique.

"Il est normal de s'occuper de l'impact sur la santé de l'huile de palme mais je ne suis pas certaine que ce soit à l'occasion d'un amendement purement financier que l'on puisse engager le débat", a-t-elle déclaré sur Canal+.

Rebaptisé "amendement Nutella", du nom de cette célèbre pâte à tartiner qui en intègre dans sa composition, le texte crée une contribution additionnelle de 300 euros la tonne à la taxe spéciale prévue sur les huiles de palme, de palmiste et de coprah "destinées à l'alimentation humaine, en état ou après incorporation dans tous les produits".

Il a été adopté mercredi à l'initiative du sénateur socialiste Yves Daudigny lors de l'examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013, au motif d'inciter l'industrie agroalimentaire à substituer à l'huile de palme des composants moins nocifs pour la santé.

Utilisée dans la composition des confiserie, des chips ou des glaces, l'huile de palme relève de la catégorie des acides gras saturés dont la consommation contribue au développement de l'obésité et des maladies cardio-vasculaires.

"Je souhaite que l'on prenne le temps d'une discussion sur la santé publique, sur les risques pour l'obésité en particulier", a dit Marisol Touraine, "donc je suis réservée sur l'augmentation de la taxe mais très attentive aux enjeux de santé publique qui sont posés."

Sur Europe 1, le ministre du Budget Jérôme Cahuzac a concédé que la hausse de la taxe, qui n'a pas encore passé le cap de la séance plénière du Sénat, était "spectaculaire".

Mais plutôt que sur les motifs sanitaires qui l'inspirent, il a préféré insister sur les "dégâts formidables" causés à l'environnement par la culture de l'huile de palme.

"Ce sont des déforestations massives qui se produisent pour cela, avec des destructions d'habitat naturel qui compromettent tout un écosystème", a-t-il déclaré.

"Je crois qu'il est temps que les consommateurs se rendent compte des dégâts formidables que l'on réalise à la planète pour satisfaire des besoins qui peut-être n'ont pas à l'être dans ces proportions-là."

La taxe pourrait rapporter jusqu'à 40 millions d'euros par an.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • f.michon le jeudi 8 nov 2012 à 13:37

    Si c'est trop dur de taxer, déjà imposer la mention de la présence et le pourcentage d'huile de palme dans la composition des produits alimentaires serait la marque que le "gouvernement compterai enfin sur la maturité et l'intelligence des citoyens", leur laissant le choix en connaissance de cause d'acheter ou non des produits en contenant.

  • dhote le jeudi 8 nov 2012 à 13:35

    Taxez la bêtise et nos comptes vont s'améliorer.

  • cedricdz le jeudi 8 nov 2012 à 13:22

    erratum : "...la maturité et l’intelligence des citoyens"...

  • cedricdz le jeudi 8 nov 2012 à 13:21

    ""Je crois qu'il est temps que les consommateurs se rendent compte des dégâts formidables que l'on réalise à la planète pour satisfaire des besoins qui peut-être n'ont pas à l'être dans ces proportions-là." ------Un gouvernement qui compterai enfin sur ma maturité et l'intelligence des citoyens?------ à suivre

  • M7523987 le jeudi 8 nov 2012 à 12:48

    L'environnement n'est l'affaire que d'une minorité de "verts" !!! Beaucoup d'exagération