Marionnaud rouvre sur les Champs-Elysées, jusqu'à minuit

le
0
Marionnaud rouvre sur les Champs-Elysées, jusqu'à minuit
Marionnaud rouvre sur les Champs-Elysées, jusqu'à minuit

Sept jours sur sept et, surtout, de 10 heures à minuit. La parfumerie Marionnaud des Champs-Elysées (Paris VIIIe), entièrement relooké, entend bien garder les mêmes horaires d'ouverture qu'avant le début des travaux fin mai. C'est ce qu'indique un communiqué de l'entreprise, détenue par Watson Group (Hutchison-Wampoa). Peu importe qu'entre temps son concurrent le magasin de cosmétique concurrent Sephora ait été contraint de baisser le rideau dès 21 heures sur décision de justice à la demande de l'intersyndicale du commerce de Paris, le Clic-P (CGT, CFDT, Seci-Unsa, Sud, CGC et FO).

"Nous réalisons une part très importante de nos ventes le soir"

Dans un entretien à La Tribune, William Koeberlé, le PDG de Marionnaud explique que pour rester ouvert si tard, "Marionnaud s'appuie sur l'accord social négocié en 2001 avec les partenaires sociaux, accord amendé après la loi Maillé en 2002". "Cet accord de dérogation sur le travail de nuit est spécifique à ce magasin, où nous réalisons une part très importante de nos ventes le soir", précise-t-il.

Le magasin Marionnaud des Champs-Elysées est en effet le vaisseau amiral du groupe qui exploite 1 100 magasins en Europe (dont 535 en France) et emploie 3 650 personnes. Il accueille énormément de touristes de passage, deux tiers des clients environ, pour 54% des étrangers, qui se promènent dans la boutique surtout le soir et le week-end.

Après Séphora, Bricorama, l'intersyndicale du commerce de Paris ne compte pas faire d'exception à la loi. "Le Cpil-P attendre de voir si l'entreprise (Marionnaud) est en infraction et, s'il est avéré que des salariés travaillent après 21 heures, alors nous l'attaquerons au tribunal", a prévenu Eric Scherrer du Seci-Unsa, ex CFTC, à l'AFP. Le syndicaliste insiste sur le fait que l'ouverture après 21 heures, "ce n'est pas autorisé pour le commerce, avec ou sans accord ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant