Marion Rousse et le drame de Dropped : «A deux jours près, j'aurais pu y être»

le
0
Marion Rousse et le drame de Dropped : «A deux jours près, j'aurais pu y être»
Marion Rousse et le drame de Dropped : «A deux jours près, j'aurais pu y être»

«Bouleversée de se dire que j'aurais pu y être après avoir été castée pour ce jeu». Sur son compte Twitter ce mardi matin, Marion Rousse, 23 ans, la championne de France de cyclisme sur route, a fait part de son émotion après l'accident survenu en Argentine lors du tournage de Dropped. Jointe par téléphone, la compagne du coureur français Tony Gallopin, ancien porteur du maillot jaune sur le Tour de France 2014, était toujours sous le choc de la nouvelle.

On vous imagine bouleversée...

MARION ROUSSE. « Oui, oui vraiment. Ce matin, j'ai appris la nouvelle au réveil. J'ai vu que j'avais pas mal d'appels et de messages de mes proches. On me disait : je suis bien contente que tu ne sois pas partie. Je ne comprenais pas trop... Je suis allée tout de suite sur internet et c'est là que j'ai découvert le drame. Moi qui suis assez forte, je n'ai pas honte de le dire : j'en ai pleuré. Je me suis senti inutile d'un coup. Quand j'ai vu les noms des victimes, Camille Muffat par exemple que j'avais rencontrée plusieurs fois, j'ai vraiment été touchée».

Pourquoi n'avez-vous finalement pas participé à l'émission ?

«La production m'a contactée début février. Je ne connaissais pas du tout le concept. Le lendemain, j'étais en rendez-vous sur Paris. Quand on est sportif de haut-niveau, ça tente toujours. C'était un beau projet. Ils devaient me donner une réponse rapidement mais ils ne l'ont pas fait. Moi entre-temps, j'avais un stage de prévu avec mon équipe cycliste. A deux jours de partir, la production m'a dit : finalement on en a parlé, TF1 était intéressée mais le choix ne s'est pas porté sur moi. Ca s'est joué à pas grand-chose, à deux jours près, j'aurais pu y être. Sur le coup, j'avais été un peu déçue. C'était une aventure extraordinaire».

Le concept vous attirait ?

«Oui c'est sûr. Quand vous voyez les bandes annonces qui avaient été tournées en Suède pour la première édition, je comprends que les athlètes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant